intrigue n°1 ☞ LES GRADINS




 
NOUVEAU DESIGN + d'infos ici ♥️
GRAND TRI par rapport au rescencement et au trop-pleins de membres inactifs.
Si vous avez été supprimé par erreur vos fiches ne sont pas supprimés, ré-inscrivez !
Les maisons Serdaigles et Serpentards sont a privilégier !

Partagez | 
 

 intrigue n°1 ☞ LES GRADINS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tobias E. Gray

Tσъу ×× Fondateur
Playmate à gros kiki.


avatar

⚡ PAPERS : 979
⚡ POINTS : 294
⚡ ICI DEPUIS : 19/06/2011

MessageSujet: intrigue n°1 ☞ LES GRADINS   Mer 20 Juil - 12:24


PIAFS VS CHATONS



Oyéééé oyéééé braves sorciers venus pour l'occasion. C'est aujourd'hui le grand jour ! La saison de Quidditch commence, comme à son habitude, par un match opposant les deux finalistes de l'an dernier. Ainsi donc, les piafs hargneux, champions en titre dirigés par la magnifique Calypso Gray, vont affronter les légendaires et talentueux, chatons rondouillards commandés par personne d'autre que James Potter ! Ce match est déjà qualifié de finale avant l'heure ! Cependant, devons-nous rappeler qu'il ne s'agit que d'un match d'ouverture, donc un match amical ? Les deux équipes sont pressées d'en découdre ! En effet, il y a un an, les Piafs, l'équipe de la maison de Rowena Serdaigle, ont dérobé la victoire à l'équipe des Chatons, les Griffondor de Godric Griffondor ! Au cours d'un match pleins de rebondissements, la victoire n'était qu'à dix points des chatons, les piafs étaient menés par soixante points d'écart ! Mais la main magique et le talent sur sa Comète 290, Adriane Malefoy a privé les chatons de la victoire en se saisissant du vif d'or à quelques minutes de la fin du match ! Ainsi, Serdaigle a remporté la coupe de Quidditch, mais aujourd'hui, les piafs remettent leur titre en jeu ! Les équipes sont plus déterminées les unes que les autres à gagner alors sorciers et sorcières de l'école, ou non, invités pour l'ouverture, curieux, prenez place dans les gradins, n'oubliez pas d'acheter de quoi grignoter, de supporter votre équipe et d'avoir des ongles à ronger, car ce match est à ne rater sous aucun prétexte ! Les piafs contre les chatons, ici, à Poudlard pour 14h30 ! Dragnus Kepner, le célèbre reporter de la gazette sera présent pour assister au match et ira lui-même dans les vestiaires pour recueillir les appréciations des joueurs quelques temps avant le match !


A tous ceux qui ne sont pas dans les deux équipes, vous êtes invités à poster ici. A l'heure actuel, dans l'intrigue, il est 13h. Tous les étudiants sortent de la grande salle, après un bon repas. Le temps est très bon, exceptionnellement. Clément, léger et le ciel est dégagé de tout nuage, le soleil tape fort.
Vous avez la possibilité d'acheter, avant l'accès aux gradins, des confiseries puisque un stand a été mit devant l'entrée pour l'occasion avec l'accord de la boutique Honeydukes. Patacitrouilles, Baguettes au réglisse, Fizwizbiz, Gommes de Limaces, Suçacides, Dragées surprises de Bertie Crochue, Crèmes Canari, Chocoballes , Bulles Baveuses, Gnomes au poivre, Fondants du Chaudron, Sorbert citron et pleins d'autres ! Donc, avant d'embarquer dans les gradins, faites vous plaisir ! Mais attention, pensez à prendre quelques gallions !
Vous pouvez vous décrire, si jamais vous supportez l'une des deux équipes et que vous avez des accessoires.
Vous postez les uns après les autres jusqu'à ce que le PNJ vous arrête pour l'ouverture du match.
Si vous avez un doute pour poster, n'hésitez pas à contacter le staff pour éviter une erreur !
Amusez-vous ! Mais attention, le danger est peut être tout prêt...










. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dahlia A. Blackwood
ACIDEEN ♕ I'll never say goodbye to you.

avatar

⚡ PAPERS : 164
⚡ POINTS : 17
⚡ ICI DEPUIS : 30/06/2011
⚡ AGE : 20

MessageSujet: Re: intrigue n°1 ☞ LES GRADINS   Mer 20 Juil - 16:37




Il faisait étonnement beau pour un jour d’octobre. C’était aux premières lueurs de l’aube que je m’étais levée pour assister aux premiers cours de la journée. Mais je voyais bien que personne n’avait envie de suivre un cours, le Quidditch était sur toutes les lèvres. Tout le monde ne parlait que ca, l’ouverture officielle de la saison de Quidditch, jeu qui rassemblait quasiment tous les sorciers. Le premier match, bien qu’amical, opposait l’équipe de Serdaigle à celle des Gryffondor. Je ne savais pas encore quelle équipe j’allais supporter. Je ne le saurais certainement qu’une fois le match finis, hurlant haut et fort que j’avais toujours su que l’équipe gagnant allait vaincre. Ce qui n’était un ramassis de conneries. Moi, manipulatrice et egocentrique ? Pas le moins du monde !

Après avoir rapidement avalé quelques pâtes et deux morceaux de viande, je me hâtais aux côtés d’Adam vers les gradins. Le terrain de Quidditch s’étendait sur plusieurs mètres et l’on pouvait apercevoir les buts de loin. Levant la tête vers les tribunes, la première chose qui me vint à l’esprit fut « Il faut aller aussi haut ? » Souriant malgré moi, je laissais Adam prendre les friandises à ma place, il était un fin connaisseur en ce qui concernait l’art de me faire grossir et je laissais donc mon poids entre ses doigts de fée. Croisant Frederic en chemin pour les gradins, je lui fis un signe amical de la tête avant de m’éloigner. A cette époque, nous n’étions pas encore ensemble et nos rapports n’étaient qu’amicaux. En tout cas de mon côté. Grimpant au sommet de la tour, je m’installais auprès de Dylan pour observer le terrain. L‘herbe n’avait pas perdu de sa superbe. Toujours aussi verte, flamboyante, éclairée par un soleil radieux qui perçait les quelques nuages blancs qui flottaient. Et dire qu’il y a un an à peine j’aurais peut être été dans les vestiaires, attendant fièrement de monter sur mon balai. Je ne pu retenir un soupir. Adam revint alors, les bras chargés de paquets, il en donna deux à Dylan, trois à une fille que je ne connaissais pas et garda les dizaines d’autres pour nous. Il était décidé à m’engraisser… Plongeant ma main dans un des sachets, j’attrapais une dragée surprise de Bertie Crochue, le glissais dans ma bouche. Je fis la grimace, ce qui arracha un éclat de rire à Dylan qui n’avait pas l’habitude de rire pour rien. J’avais eu gout fer mouillé. Je ne me rappelais plus la dernière fois que j’avais eu un gout bonbon. Les joueurs de viendraient certainement pas avant une bonne heure et les professeurs n’étaient pas encore tous présents. Nous étions venus avec beaucoup d’avance pour avoir de bonnes places, la preuve, nous étions au premier rang. Je n’avais pas revêtu de tenue particulière pour encourager telle ou telle équipe. Je portais un simple jean avec un T-shirt rose pâle. Mes cheveux étaient attachés en chignon pour éviter que des mèches blondes indésirables ne me volent dans le visage pendant le match à cause du vent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://virtual-box.forumgratuit.org/
Ted H. Lupin

avatar

⚡ PAPERS : 131
⚡ POINTS : 21
⚡ ICI DEPUIS : 20/07/2011

MessageSujet: Re: intrigue n°1 ☞ LES GRADINS   Jeu 21 Juil - 23:43

Après-midi, et si tout va bien, soirée de folie en prévision mes amis ! Et oui, un match de quidditch qui promet d’être des plus intéressants aujourd’hui. Oui, il faut l’avouer le cours théorique de botanique passait extrêmement lentement, du jamais vu si j’ose dire. Victoire était à quelques rangées derrière moi, non me mettre au premier rang n’était pas un choix, on me l’avait plutôt imposé. Elle semblait prête à s’endormir d’une minute à l’autre, la tête négligemment appuyée dans sur sa main. J’essayai de la fixer aussi longtemps que je pouvais, sans pour autant me faire remarquer. Je lui avais promis de mollir sur le fait de me faire remarquer. Il fallait que je lui demande si elle voulait aller voir le match avec moi mais je ne sais pas pourquoi, je sentais qu’elle allait me filer entre les doigts. Elle devait manger avec ses amis ou je ne sais quoi. Mais mince ! Je suis censé être son amoureux moi, ils sont où les privilèges ? « Toujours aucun petit signe, j’ai l’impression d’être invisible. Mais attends… peut-être que je le suis ! Et si je me levais histoire de vérifier ? J’ai peut-être un super pouvoir en plus d’être un sorcier ! » Je tournai la tête rapidement, de droite à gauche et me dis finalement que je n’allais pas risquer de prendre encore deux heures de colles pour « avoir fait le zouave en classe. » Bon okay, je laisse tomber pour le moment et je la chope en sortant du cours.
Tu penses ! Elle a filé à la vitesse de l’éclair, oui ! Je ne lui connaissais pas cette rapidité d’ailleurs. Je lui enverrais bien un hibou, mais je crois que c’est un peu inutile. Je continuai donc à marcher, l’air un peu tristounet jusqu’à ce que je croise Fred Weasley, un bon pote de bêtises si on veut. « Alors Lupin, qu’est-ce que tu fiches ? Tu te ramollis, ça fait quelques jours qu’on n’a pas eu le droit à une petite descente en caleçon. » Et allez, ça faisait longtemps que j’en n’avais pas entendu parler, trop longtemps : « Je sais mon petit Fred, mais sois pas triste mon chaton, je te prépare une surprise », phrase accompagnée d’un petit sourire en coin. Je me mis en suite à trottiner dans les couloirs, mes bouquins sous le bras.

Un bon repas dans le ventre et on est repartis ! Maintenant c’est l’heure de se préparer mes amis. Il était presque treize heures quand d’autres et gryffons et moi décidâmes de filer dans les toilettes. Nous revêtîmes alors nos habits de lumière. Je savais déjà précisément ce que j’allais porter et comment j’allais le porter. Un pantalon noir (pas trop le choix), un super pull-over rouge à l’insigne de Gryffondor, un immense chapeau rouge et or, l’écharpe qui va bien (ça caille un peu quand même). Un petit coup d’œil dans la classe « c’est vrai que je suis plutôt beau gosse » . Je récupérais rapidos mes affaires avant de les cacher sous une pierre dans un des cabinets de toilettes, merci les cachettes secrètes. Je n’avais dès maintenant plus qu’une heure pour rattraper Vicky, bonne chance Ted ! Je me dépêchais donc de dire au revoir aux gars, de toute façon on se verrait plus tard et commençais à partir en direction de la grande porte.
Arrivé stade de quidditch je n’avais toujours pas mis la main sur Victoire, et manque de bol le stade s’était déjà bien rempli. Les chatons prenaient place d’un côté, tandis que ces sales piafs s’installaient de l’autre côté des gradins. Tout le monde semblait être chaud comme la braise malgré les quelques degrés encore au dessus de zéro. J’essayais de me mettre sur la pointe des pieds, m’appuyant sur les personnes de devant « désolé ». Le problème avec la popularité c’est qu’elle a tendance à vous coller aux baskets. C’est au moment précis où je cherche Vick’ partout que les gens se mettent à vouloir me parler !? Non mais sans rire, stop quoi. J’essayais donc de me frayer un chemin, cherchant la plus belle blonde du monde des yeux mais aucune trace d’elle. Je finis par tomber sur Tobias : « Eh ! Tobi ! Tu n’aurais pas vu Vicky par hasard ? Je la cherche partout depuis midi. », il me scruta un instant, avec la foule ambiante c’était compliqué de reconnaître ses amis : « euh Victoire, non je l’ai pas vu. Je sais qu’elle devait venir avec Caroline, c’est tout ce que je peux te dire. Au pire reste un peu avec nous, elle va peut-être pointer le bout de son nez. » C’est vrai que Vicky n’a jamais été une mordue de quidditch, à vrai dire elle n’aime pas ça du tout. Allez savoir pourquoi ! M’enfin, il était à peine treize heures vingt, elle ne devait pas encore être arrivée.


Dernière édition par Ted H. Lupin le Ven 22 Juil - 17:41, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emric B. Gray

SLYTHERINdixième année Plus petit kiki que Tobi


avatar

⚡ PAPERS : 143
⚡ POINTS : 13
⚡ ICI DEPUIS : 30/06/2011

MessageSujet: Re: intrigue n°1 ☞ LES GRADINS   Ven 22 Juil - 13:38

Ce fut le sujet de discussion dans tout le château. Il fallait dire que ce jour n’était pas un jour comme les autres. Le jour d’ouverture de la saison de Quidditch était toujours un évènement particulier. C’est ce jour-là où l’ambiance était à son comble, où l’on se rendait compte que tout cela nous avait vraiment manqué pendant les vacances scolaires, et à quel point le Quidditch était un sport magnifique. C’était un jour stressant pour les équipes qui jouaient, et de grande joie pour tous les autres, enfin, avant qu’une des deux équipes perde. Aujourd’hui, c’était les équipes des Piafs Hargneux contre les Chatons Rondouillards. Et fort heureusement, le temps était en leur faveur, bien que nous étions en octobre. Le seul problème dans ce genre de match, c’est pour les maisons qui ne sont pas directement impliqués dans ce match. Que faire lorsqu’on est à Poufsouffle ou à Serpentard. Pour les jaunes, c’était dur, car ils aimaient bien les deux maisons et il fallait là en choisir une malgré nous. Pour les verts, c’était encore plus dur, car il n’y en avait aucune qui valait le coup.. Quoique, il fallait mieux être pour Serdaigle que pour Gryffondor, au fond, on devait presque choisir la moins pire. Mais c’était dur d’aller à un match comme ça. Beaucoup de vipères avaient prévu de ne pas y aller, soit disant pour ne pas voir un match plus bas que bas. Pour ma part, je préférais y aller. D’une, c’était toujours amusant de se moquer d’eux s’ils tombaient, s’ils n’arrivaient pas à bien envoyer le souafle ou autre. Et puis étant moi-même batteur dans l’équipe des Sales Vipères, il me fallait voir les stratégies des futures équipes adverses, leurs points forts s’il y en avait, et surtout leurs points faibles. C’est pour cela que j’espérais tout de même qu’il y ait un maximum de joueurs de l’équipe pour voir avec moi quelle stratégie on allait adopter contre les deux équipes.

Il était une heure de l’après-midi environ quand je sortis de la Grande Salle, après un repas fort délicieux pour fêter probablement de premier match de Quidditch, pour donner des forces aux joueurs. Je n’avais pas l’intention d’aller dans l’immédiat dans les gradins, ne voulant pas me retrouver seul et unique du côté des Serpentard, et de devoir me prendre des remarques des autres maisons. Même si j’avais un certain sens de la répartie, je ne tenais pas à subir ce genre de situation, surtout si mon cher frère, qui ne jouait pas ce match, se ramenait avec ses amis, et me provoquait, comme j’aimais bien le faire pour ma part avec lui. Je descendis donc les escaliers pour me retrouver dans les cachots, afin de rejoindre la salle commune des Serpentard. Je vis quelques amis, assis dans les fauteuils, qui n’avaient pas l’air de vouloir trop bouger. Je ne supportais pas ça, qu’ils ne soient pas capable de se motiver pour aller voir un match, même si leur équipe ne jouait pas. « Allez les mecs, je sais qu’on joue pas là, mais justement on pourra se moquer d’eux. » Ils me regardèrent tous d’un regard à la fois méprisant et désespéré « N’essaye pas de donner des leçons Gray, on ira si on le veut. » « Faites ce que vous voulez bandes de limaces, vous êtes que des incapables de toute façon » Ils m’exaspéraient. Je partis de la salle commune pour aller vers mon dortoir. Je pris une écharpe aux couleurs de ma maison, malgré le fait que nous ne jouions pas, j’aimais garder mes couleurs. Je pris aussi un manteau au cas où il ferait encore plus froid, et je partis de la pièce communale, ne regardant pas ceux qui ne se daignaient pas pour bouger d’ici.
Je remontai les escaliers, et sortit de l’école, tout en prenant mon temps. Beaucoup d’élèves se dirigeaient déjà vers le terrain, ce que je fis aussi. Je ne croisais pourtant personne encore que je connaissais, à part quelques personnes que je n’aimais pas. Valait mieux aller au plus vite avec les miens, au lieu de rester mélangé avec d’autres couleurs qui me répugnaient. J’en profitai aussi, avant de monter dans les gradins, de m’arrêter au stand tant qu’il n’y avait personne, de dépenser un peu d’argent dans des Fizwizbiz et des Fondants au chaudron, avant de monter enfin dans les gradins, côté verts. Il n’y en avait pas beaucoup encore, mais au moins là, je me sentais bien. Je cherchais pourtant du regard des connaissances, regardant si je ne voyais pas mon frère, pour voir comment il réagirait. Tenir du côté de sa sœur ou de sa petite-amie ? Quand à moi, je ne soutiendrai même pas ma sœur. Situation peut-être triste, mais je préfèrerais rigoler aux côtés des Serpentards. En espérant que cette journée nous réserve de bonnes surprises pour les verts et argents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
C. Drucilla Heathcliff
SLYTHERIN9 ème année
we will all laugh at gilded butterflies.
avatar

⚡ PAPERS : 133
⚡ POINTS : 17
⚡ ICI DEPUIS : 11/07/2011

MessageSujet: Re: intrigue n°1 ☞ LES GRADINS   Ven 22 Juil - 15:04



    En ce jour de match de Quidditch le château était plongé dans une extravagante frénésie. Les jours de match était à Poudlard comme un jour de solde chez les moldus. En effet les gryffondors disputerai le match face aux serdaigle et bien évidemment chacun se posait la question quelle maison soutenir ? Oh bien sûre le soutien n'est en aucun cas dans les qualités de la maison vert et argent mais tout de même. Personnellement je préferais encore soutenir les piaf qui n'étant pas la meilleure des maisons, était celle qui sans aucun doute se rapprocher plus de notre esprit ambitieux. La grande salle était bruyante, presque assourdissante. Les pronostics, les discutions sur quelle équipe allait remporter le match, les chances qu'avait les chatons de perdre ravissaient au plus haut point ma très chère maison et moi-même par la même occasion. Mais en tant que grande adoratrice de quidditch je ne pouvais qu'être satisfaite qu'un match se déroule en ce jour. Je finis par quitter la grande salle pour rallier à ma salle commune. La salle commune des serpentards était calme, bien plus calme que tout le reste du château. Mes yeux scrutèrent le groupe de garçons assis sur les fauteuils accompagnés de mister Gray qui tentait vainement de faire sortir cette bande de flemmard de leurs fauteuils. Je me demandais l'espace de quelque seconde s'il allait soutenir sa soeur. Je finis par quitter celui-ci du regard pour me rendre dans mon dortoir finir de me préparer. J'enfilais ma cape de sorcière où l'insigne de serpentard luisait, puis j'enfilais mon écharpe aux couleurs verts et argents. Puis je sortis enfin de la salle commune me dirigeant avec un certain amusement vers les gradins.


    Le stand de friandise fut mon premier arrêt. Fizwizbiz, Fondants du Chaudron et Patacitrouilles. Ma gourmandise prit le dessus sans vraiment que je ne me rende compte de la quantité de bonbon que j'avais acheté. Lorsque j'arrivai enfin en haut des gradins, le terrain me parut aussi beau que lorsque que je le voyais du haut de mon balai. Mes yeux se posèrent alors sur le sachet débordant de bonbon, j'avais encore abusé. Un vent frais commença à se lever et je me serrais dans ma cape regrettant de n'avoir pas pris de manteau. Puis mes yeux croisèrent le regard d'Emric. Assis seul sur un banc je décidai après avoir bien vérifié qu'aucune amie où connaissance ne se trouvait plus prêt. Mais à l'évidence, il n'y avait que lui. Mon appétence exacerbé à ne pas tolérer la solitude me poussa alors vers lui. Mon ton sarcastique et pourtant séducteur ne pu s'empêcher d'apparaitre dès les premiers mots que je lui adressais tout en m'asseyant à ses côtés. " Alors Gray on vient soutenir sa petite soeur ?" J'ouvris mon sac et en sorti un fondant du chaudron. "Un bonbon ? Enfin si tu n'as pas peur que je t'empoisonne." Je riais alors de bon coeur, le quidditch me rendait joyeuse étrangement. Puis je me tournai de nouveau vers le stade regardant les places se remplir petit à petit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tobias E. Gray

Tσъу ×× Fondateur
Playmate à gros kiki.


avatar

⚡ PAPERS : 979
⚡ POINTS : 294
⚡ ICI DEPUIS : 19/06/2011

MessageSujet: Re: intrigue n°1 ☞ LES GRADINS   Ven 22 Juil - 17:15



merci de ne pas retoucher à l'image.

INTRIGUE& QUIDDITCH
____________J'ai aimé jusqu'à atteindre la folie. Ce que certains appellent la folie, mais ce qui est pour moi la seule façon d'aimer


Pile, c'est Calypso, face Billie. Non... L'inverse. Non, je dois soutenir Callie, c'est ma soeur tout de même, mais Billie est ma petite amie. Je soupirais, tout seul sur mon lit. Que faire ? Soutenir Callie, ou Billie ? Je posais mon gallion sur ma table de chevet. Me relevant, je regardais par la fenêtre l'agitation qui avait déjà envahi le terrain de Quidditch au loin. Si je voulais une bonne place, je devais partir maintenant, mais je n'en avais aucune envie, à vrai dire. Je m'inquiétais pour Billie. En effet, depuis quelques temps, elle ne cessait de m'éviter sans cesse et j'avais peur d'avoir mal agit. On avait couché ensemble, il y a de cela un mois et demi bientôt et je pensais qu'elle avait aimé, comme moi, mais non. A m'éviter comme ça, je commençais à me poser de sérieuses questions ! Et si j'avais été nul ? Et si elle regrettait ? Je passais une main sur mon front, soupirant. Non, il fallait que je chasse ces idées de mon esprit. Billie m'aimait, je l'aimais et il devait y avoir autre chose. Un problème avec sa mère ? J'en doutais puisqu'elle ne contactait jamais sa fille quand elle était à l'école. Alors quoi ? Je soupirais, je devais lui parler. Avant qu'elle ne rentre dans les vestiaires ? Mais je ne voulais pas la déranger pour son match. Je hochais négativement la tête avant de prendre ma veste pour sortir. Il était temps. Je pris mon gallion, le jetant en arrière. Alors que je fermais la porte de mon dortoir, le gallion roula sous mon lit et face. Je descendais les marches. La foule s'était amassée devant les portes principales. J'étais en haut de l'escalier, je fronçais les sourcils en cherchant... BILLIE ! Elle était là-bas ! Je n'avais pas déjeuné, mais qu'importe ! La foule sortit en trompe. Non, je devais la voir ! Je dévalais les marches, quatre par quatre, sautant les dernières avant de pousser les gens. Je la perdais de vue, sa chevelure blonde disparait dans la masse et moi... J'étais incapable de l'atteindre.

Billie ! ATTENDS ! Criais-je en bousculant les élèves qui juraient sur ma personne.

J'arrivais et poser ma main sur son épaule, la retournant, mais non, ce n'était pas Billie. Juste une serdaigle aux cheveux blonds, comme elle. Je soupirais, déçu, avant de m'excuser pour sortir de la foule dehors et me tenir à l'écart. Qu'est ce que j'avais fais ? Je n'avais clairement pas le coeur à faire la fête, mais pas le choix. Je soupirais avant de me pencher pour voir le terrain au loin. Où pouvait-être Billie ? Qu'importe, je devais la voir. Je me dépêchais de suivre la foule pour arriver devant l'entrée. Mon estomac criait famine et j'en profitais pour prendre un paquet de dragées surprises et deux baguettes aux réglisses dont une que je mis dans la bouche avant de prendre une place pour m'installer. J'étais proche des Serpentard et je n'aimais pas ça. Mais il n'y avait plus beaucoup de place. Je scrutais le terrain, vierge. Elle était dans les vestiaires. Je soupirais avant d'entendre une voix bien trop familière, quelques rangées plus bas que moi. Je me penchais pour voir... Hm. Drucilla. Je ne pouvais pas la voir celle-là. Une bitch comme on ne pouvait pas faire pire. Et... Tiens donc, le frangin a coté d'elle. Je croisais les jambes en suçant ma baguette au réglisse, les fixant. Affligeant comme spectacle...

Tsss... Evidemment qu'il va soutenir sa petite soeur, idiote... Elle compte tellement pour lui... murmurais-je avec dédain, et en toute ironie.


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .



Dernière édition par Tobias E. Gray le Dim 24 Juil - 16:23, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ted H. Lupin

avatar

⚡ PAPERS : 131
⚡ POINTS : 21
⚡ ICI DEPUIS : 20/07/2011

MessageSujet: Re: intrigue n°1 ☞ LES GRADINS   Ven 22 Juil - 17:43

Les gradins se remplissaient à vue d’œil et toujours pas une seule trace de Vicky, ce qui faisait beaucoup rire Tobias qui n’arrêtait pas de me mimer, pleurnichant en train de me frotter les yeux. Laisse courir, il ne perd rien pour attendre. Plus le temps avançait et plus le petit groupe de personnes autour de nous grandissait. Beaucoup de gens nous avaient rejoint et ils avaient tous décidé de me parler, histoire que je ne puisse pas chercher Victoire du regard. Bande de nazes, pensais-je. Je finis donc par accepter de discuter avec eux et les écouter me complimenter sur mes magnifiques habits, alors qu’ils portaient presque les mêmes. Entre Gryffondors on se soutient, même quand ce n’est pas la peine.
Au bout de quelques minutes j’informais Tobias que je partais à la recherche de ma dulcinée. Il rigola et me répondit « c’est ça, cours preux chevalier ! » Et ça le faisait marrer en plus. Je commençais à monter les escaliers encore et toujours. Victoire déteste le quidditch, elle n’est sûrement pas tout devant, pensais-je. Je pris quelques minutes et me retournais vers le terrain, histoire de voir ce qu’il en était. C’est alors que je remarquais qu’une tignasse blonde faisait des signes dans ma direction. Je regardais rapidement autour de moi, histoire de voir si c’était bien à moi qu’elle s’adressait. Je manquais de tomber, et écrasais du même coup les chocogrenouilles d’un gamin assis là. « Désolé mon p’tit. Tu as qu’à aller au stand de friandises, prendre ce que tu veux et dire que c’est à mettre sur la note de Mr Ted Lupin ». Le petit gryffon regarda ses copains et d’un signe de tête ils se mirent tous à courir. Ah, il n’a pas dû comprendre que c’était une blague. Je m’empressais de relever la tête, voir si Victoire me regardait toujours, elle leva les épaules, signifiant qu’elle ne pouvait pas bouger. Je fis la moue, et forma un cœur avec mes mains. Il me semble qu’elle rigola. Elle avait peut-être laissé tomber, mais pour moi il n’était pas question de rester avec ces premières années ! Je rejoignis l’allée centrale, en bousculant quelques dizaines de personnes au passage, m’excusant à chaque fois. Mamie m’a bien élevé. Je me dépêchais de descendre les marches, fixant toujours Victoire, afin de sortir à la bonne sortie d’autoroute. Et c’est comme ça que ça arriva, dégringolade de six marches. Encore une fois je me tapais la honte avec brio. Victoire ne me regardait pas heureusement. Me taper la honte devant des gens sans problème, me taper la honte devant elle, j’aime moins. Même si, à mon avis, elle aurait bien rigolé. Quelques personnes s’inquiétèrent : « Tu ne t’es pas fait mal ? » Mais non je me suis pas fait mal ! Allez, on se pousse, merci ! Je me dépêchais de passer, tentant tant bien que mal d’éviter les gens qui se trouvaient sur mon chemin. Lorsque j’atteins enfin Vicky, tout essoufflé de mon périple, je pus remarquer avec beaucoup de joie et d’étonnement que des Serdaigle et Poufsouffle lui faisaient la roue, comme le pan, vous savez l’animal. Et bah tout pareil ! Je bombais donc le torse et m’approchais d’elle, elle était de dos et j’en profitais pour passer bras autour de son cou en l’attirant doucement vers moi.

« Salut... Tiens mais je te reconnais toi, t’es un joueur des Poufsouffle. C’est toi qui t’ait pris un cognar en plein poire ! Ah oui, je me souviens. Pas mal, t’as la tête dure. Tu aurais dû aller à Gryffondor, on a besoin de gens comme toi, qui ont la tête dur », je lui lançais mon plus beau sourire avant de plaquer un bisou sur la joue de Vick’. La jalousie est un très beau défaut, oui. J'en suis persuadé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emric B. Gray

SLYTHERINdixième année Plus petit kiki que Tobi


avatar

⚡ PAPERS : 143
⚡ POINTS : 13
⚡ ICI DEPUIS : 30/06/2011

MessageSujet: Re: intrigue n°1 ☞ LES GRADINS   Sam 23 Juil - 16:27

Si j’avais su que pendant quelques minutes je me serais retrouvé seul dans les gradins, avec des Serpentards que je ne connaissais pas plus que ça, et des jaunes, rouges, bleus, tous si joyeux de ce match, et tous surtout tellement à l’opposé de mon monde, j’aurais essayé de convaincre plus longtemps ceux qui restaient dans leur fauteuil dans la salle commune pour venir m’accompagner. Je les aurais appâtés avec des friandises, des moqueries, je leur aurais promis qu’on ira provoquer un Gryffondor sans hésitation, ou mieux encore, je les aurais autorisés à provoquer Tobias. Généralement, je n’allais pas directement à l’encontre de mon frère, non pas que l’envie manque, mais je n’ai pas envie de faire encore plus d’histoires, sinon la famille finirait bien par entendre un jour toutes ces histoires, et ça ne serait pas vraiment bon pour moi je pense. Mais s’il fallait convaincre des serpents de venir défendre les couleurs vertes, malgré le fait que nous ne jouions pas, soit, j’aurais même pu proposer ce défi.

J’étais presque sur le point d’aller voir des Serpentards que je ne connaissais pas, plus jeunes que moi, c’était même probablement à cause de ça que je ne les connaissais pas. Mais je remarquai rapidement que je n’étais pas encore arrivé à ce point. Un visage, familier, s’approcha de moi, et ma surprise fut encore la même. Drucilla venait très rarement vers moi, mais là encore une fois, elle osait faire le premier pas pour discuter, et en cet instant à regarder le match en ma compagnie. « Alors Gray on vient soutenir sa petite soeur ? » La question qui ne me réjouissait pas plus que ça. J’étais pour cet après-midi le frère qui ne voulait même pas soutenir sa sœur plus que ça, presque un frère indigne. Mais à vrai dire, peu importe, je ne voulais pas soutenir cette famille qui ne me correspondait plus. Drucilla savait-elle réellement les tensions qu’il y avait dans la famille ? Je n’en avais strictement aucune idée. Je ne tenais pas non plus à lui déballer ma vie, pas aujourd’hui, pas en ce moment, et puis pas à elle. Je me contentais d’une phrase peut-être pleine de sens, mais vague à la fois « Je préfère soutenir les Serpentards impatients de nous voir jouer, ou bien aussi soutenir les gamelles et les chutes durant ce match. » En tout cas, croyez-le ou non, j’étais presque content d’avoir de la compagnie, même si c’était celle de Drucilla. Elle n’était pas toujours très marrante, certes, mais elle aimait bien le quidditch, et ensemble on s’amuserait probablement bien à critiquer tout ce qui ne va pas chez les autres. « Un bonbon ? Enfin si tu n'as pas peur que je t'empoisonne. » J’esquissai un petit sourire, et voulu lui répliquer une de mes remarques toujours déplaisante, mais qu’une Serpentarde comme elle ne pourrait pas prendre méchamment, quand je fus interrompu dans ma lancée.

Qui aurait pu imaginer que Tobias Gray serait venu du côté des Serpentard ? Pourtant, les jaunes étaient un peu plus loin, il aurait très bien été avec eux, pour soutenir les deux équipes à la fois, se doutant que peu de monde, et en particulier lui, ne pourrait réellement choisir une des deux équipes. Et pourtant, c’était bien sa voix, qui ressemblait beaucoup trop à la mienne, que j’entendis un peu au-dessus de nous. « Tsss... Evidemment qu'il va soutenir sa petite soeur, idiote... Elle compte tellement pour lui... » Ce ton, je le connaissais trop bien, j’avais presque l’impression de m’entendre parler. Cette petite touche d’ironie associée à du mépris, ou quelque chose dans le genre, il n’y avait pas de doute, c’était bien mon frère. Mais je ne l’avais jamais connu ainsi, lui qui évitait toujours les conflits avec moi, sauf si je le provoquais directement. Là, je n’avais rien demandé, et il avait osé venir jusqu’à moi. Mais je ne voulais pas lui laisser trop de répit pour penser que sa remarque m’avait écrasé. Non, elle ne m’avait rien fait, nous savions parfaitement tous les deux les relations que nous avions entre nous, et je ne voulais pas m’étaler là-dessus. Mais je me tournai vers lui, un petit sourire sur les lèvres, et frétillait à l’envie de riposter. « Tobias Gray près des Serpentards. Que t’arrive-t-il dis donc ? Tu ne sais pas quel camp choisir alors tu préfères venir chez les méchants ? Fais gaffe, nous sommes vénimeux.. » Mais je n’en avais pas fini là. Avec moi, il fallait savoir encaisser, car je préférais enfoncer le couteau dans une plaie déjà saignante. Après tout, il avait voulu venir, d’une humeur assez désagréable, que je ne connaissais pas de lui encore, et j’étais aussi assez curieux de voir jusqu’où il pouvait aller dans les remarques épineuses avant de s’énerver, face à moi, qui restais toujours assez calme. « Imagine si ta petite-amie apprenait que tu ne la supportais pas, si elle te quittait.. Enfin, ça ne serait pas une grosse perte tu sais ! Et ta sœur, déjà qu’elle ne parle plus à un de ses frères, si tu la décevais, vous seriez tous les deux seuls.. » Un petit sourire narquois se dessina sur mes lèvres ,et je ne restai même pas tourné vers lui. Je me remis face au terrain, près de Drucilla, qui j’espère ne s’était pas senti trop mal à l’aise. Enfin, mes oreilles avaient sifflées quand il l’avait insulté d’idiote, et à mon avis, ceci ne lui avait pas trop déplut..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Freyä L. Merwyn

Métaphore ♕ Fonda
Méfaits accomplis ღ


avatar

⚡ PAPERS : 427
⚡ POINTS : 56
⚡ ICI DEPUIS : 19/06/2011
⚡ AGE : 24

MessageSujet: Re: intrigue n°1 ☞ LES GRADINS   Sam 23 Juil - 18:21



Une douce effervescence régnait dans l'école, mélange de stress, d’excitation, de joie. Ambiance qui venait balayer tout nos soucis, prenant le dessus sur les examens, les querelles d'adolescents et les histoires de cœur. J'ai toujours aimé le quidditch. C'est un sport nerveux et rapide nécessitant à la fois agilité et puissance. J'adorais regarder ce sport. A l'époque, mon père m'emmenais souvent voir les canons de chudley. J'adorais ces moments passés avec lui. Son visage me revint à l'esprit, d'une tendresse infinie, son regard brillant d'une fierté non contenue. J'adorais mon père. Et je savais qu'il était fier de moi. Malheureusement, il est mort l'année de mon entrée à Poudlard. Et après sa mort c'est ma mère, aigrie et perfectionniste qui s'occupa de mon éducation. C'est pour elle que pendant longtemps je fis tout pour atteindre la perfection. Pour elle je me contentais d'être un reflet, une coquille vide mais parfaite. Aujourd'hui, j'ai changé et je ne parle plus à ma mère. J'ai abandonné le confort de la villa familiale pour un modeste appartement londonien. Elle me manque, oui, mais je ne peux la pardonner de préférer ce reflet parfait à sa propre fille, vive et rebelle.

J'enfilai rapidement un jean, une paire de bottes noires ainsi qu'un manteau gris avant de quitter la salle commune des rouges et ors, serrant l'épaisse écharpe de ma maison autour de mon cou. Dans les couloirs, les supporters de l'équipe hurlaient et chantaient l'hymne de l'école à tue-tête, m'entrainant avec eux. C'est en chantant que nous traversâmes l'école afin de rejoindre les gradins. Rouge, bleu, jaune, bronze, les couleurs des deux maisons adversaires s'affrontaient dans les tribunes. Portée par l'ambiance, je parcourais les gradins, cherchant une place, affichant fierement les couleurs de la maison des lions. J’aperçus Ted Lupin de ma maison, auquel j'adressais un sourire, ainsi qu'à Victoire Weasley. Je cherchais une bonne place afin d'assister au match en paix. C'est alors que j'aperçus Tobias. Je me crispai. Il y a quelques temps Tobias et moi sortions encore ensemble. Notre relation s'était arrêtée brusquement et ma rancœur était à la hauteur de ma ferveur envers mon équipe : infinie.

Je lui adressais un regard assassin avant de marcher à nouveau. Un sourire éclaira alors mon visage. Emric, le frère de Tobias était là. Beau garçon, il était devenu mon moyen de me venger de son jumeau. D'un geste de baguette, je détachais mes longs cheveux blonds et ouvris légèrement mon manteau, laissant entrevoir ma poitrine au travers mon pull noir. Mon plus beau sourire aux lèvres, je m'avançais vers lui. « Salut beau gosse » m'exclamais-je. Décidément, lors de ce match, les enjeux étaient multiples.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .



    Je suis le maître de mon destin. Je suis le capitaine de mon âme ♣️
    La liberté n'induit pas l'égoïsme et il n'y a pas d'homme plus libre que celui qui agit parce qu'il pense ses actes justes.


Parce que le CBA roxe sa maman ! :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rose H. Weasley

GRYFFINDOR ⚡ sixième année
shallow admin ღ


avatar

⚡ PAPERS : 482
⚡ POINTS : 135
⚡ ICI DEPUIS : 20/06/2011

MessageSujet: Re: intrigue n°1 ☞ LES GRADINS   Lun 25 Juil - 16:52


Je suis blonde. Autant au sens propre qu'au sens figuré du terme.
Faire des efforts. Sourire, être belle. Gentille, de surcroit. Pourtant je voulais Sou sourire. Directement, à la pensée de Scorpius, les larmes me montèrent aux yeux. Pourquoi avais-je fui ? Après nos baisers, ce voyage dans la salle du sable, son réconfort, des explications, je m'étais enfui après l'avoir embrassé une dernière fois. Je l'évitais depuis, et lui était plutôt absent. Selon les Serpentards, il était plutôt solitaire ces derniers temps. Je m'en mordais les doigts. La peur de l'attachement a toujours été panique dans mon cas. Relativement stupide, je l'accorde. Pourtant, je serrai les draps blancs de mon lit en étouffant un sanglot. Comme chaque matin, j'étais lasse de tout. Plus personne dans les dortoirs. Etrange pour un Samedi. En regardant la date et l'heure sur ma montre magique, j'étais d'autant plus étonné, jusqu'à ce que j'entende Hermione dans les couloirs. Je cachais mon visage et me pelotonnais sur moi-même. Mon plan pour la journée était de rester au lit. A m'auto-détester. Allez marmotte, il y a quidditch aujourd'hui, bouge-toi ! Il est déjà... Je grognais et marmonnais que je connaissais l'heure. Pardon ? Je ne parle pas l'homme des cavernes ma belle. J'enfonçais ma tête dans mon coussin quand un postérieur de babouin (non je ne parle pas de Tobias :p) s'installa sur Mon lit. Je levais les yeux au plafond, activité plutôt complexe et chercher d'une main aveugle le dos de ma meilleure amie. Une fois que j'eu posé sa main sur son dos, elle ne compris pas. Hum... Rose, pourquoi ta main est sur mon ?... Hé ! Ça fait mal ! Je lui avais asséné une légère claque dans le dos pour qu'elle se relève. Mission accompli. Sauf que je devrais me souvenir que Livingstone est une fille impossible. BADABOOM, POUF ! Me voilà par terre, ma meilleure amie avec la moitié de ma couette dans la main, et moi me massant la tête. Bonjour Herm's... Je me mettais à quatre pattes (pas comme une chienne, comme une digne représentante des Weasley) et tentais de la faire tomber. Puis elle attrapa sa baguette et lança un sort à mes cheveux. Merde Rosie, t'es blonde ! Comment ça j'étais blonde ? BLONDE ?! Oh mon dieu ! Je me relevais et courrais dans la salle de bain commune où tout le monde me regardai fixement. Oui, j'étais blonde. HERMIONE BONNIE-JEAN LIVINGSTONE !!!! Ma meilleure amie allait en prendre pour son grade, je le garantie ! La jolie brune arriva timidement et observa mes cheveux. Après un court instant, une élève de ma maison osa dire: C'est joli je trouve. Je la fusillais du regard et demandais à ma meilleure amie de me redonner ma couleur normal. Je ne sais pas comment faire... J'ai pas prononcé de sort, j'ai juste dis dans ma tête que tu n'étais qu'une blondasse et j'ai bougé ma baguette pour rire et... Me voilà blonde.

Après la douche: Toujours blonde. Et moi, j'ai des fringues qui vont avec ma couleur ! c'est à dire châtains aux reflets roux ! J'optais pour une tunique bleue avec un simple pantalon noir. Je soupirais vainement en séchant magiquement mes cheveux. Après avoir été maquillé, je fis mon lit et râlais contre ma meilleure amie. Je voulais me mettre en rouge et noir, mais avec cette couleur de cheveux, ça aurait fait garce. Pas avec mon châtains. Roooh ca m'agace ! Enervée au plus haut point, j'allais à l'infirmerie pour qu'on me rende mes cheveux. Lamentable échec. Les cheveux ne sont pas de mon ressort miss weasley, moi je m'occupe de Vrais ennuis ! Pauvre tache ! Mes cheveux sont des vrais ennuis ! Je tentais de trouver mon professeur de sortilèges et enchantements, mais il était introuvable. Je redescendais pour aller au terrain de quidditch, mais je croisais quelques serpentards. Weasley, c'est toi ? T'es pas mal en blonde, tu trouves pas Scorp ? Il me regarda, interrogé par ma couleur de cheveux et je répondais: Même si j'étais bandante à tes yeux en blonde, Flint, je ne voudrais pas de toi. Il me jugea de bas en haut alors que le contact visuel entre Scorpius et moi ne s'était pas rompu. Dommage Weasley. Mon lit t'aurait accueilli avec plaisir. Peut étonnement, Scorp ne se retint pas et mit son poing dans la figure de Flint. J'éclatais de rire en passant ma main dans mes cheveux blonds. Si le blond me va si bien, je n'aurais pas dû en vouloir à Hermione ! Flint regarda Scorpius et ce dernier lui lança un regard du genre: Ne la touche pas elle est à moi. Ouf ! Les autres garçons partaient vers l'infirmerie et Scorp' ne bougeait pas. Flint est un con, mais il n'a pas tort. T'es belle en blonde. Même si habillée avec du vert aurait été plus beau encore sur toi. Il me gratifia de son sourire en coin que j'aimais tant avant de disparaître je ne sais où. Je soupirais et allais au terrain.

L'effervescence était à son comble. Je mâchouillais mon bâtonnet de réglisse et cherchais Victoire, alors qu'un affreux mal de ventre, mélange de stress au vu de ma rencontre avec Scorpius et d'un mauvais pressentiment, me tiraillait le ventre. Au loin, je vis Dahlia, la fleur numéro 2. Un drôle de jeu s'était instauré entre nous, et je vis apparaitre une rose jaune dans ses mains, pour lui donner un indice sur ma nouvelle couleur. C'était au final plutôt drôle de voir ces regards étonnés sur moi. Je trouvais enfin Vic, avec une amie et beaucoup de gens autour d'elle. Victoire ! J'ai besoin de toi !

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


ROSE H. WEASLEY △ I WAS YOUNGER THEN
i had nothing to spend but time on you but it made me love more. Do what you said the words she said left out over unto the sky where i'll soon fly and he took the time to believe in to believe in what he said.. And he made me love he made me love he made me love more. Rose & Scorpius ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Master of puppets

avatar

⚡ PAPERS : 1
⚡ POINTS : 1
⚡ ICI DEPUIS : 23/07/2011

MessageSujet: Re: intrigue n°1 ☞ LES GRADINS   Lun 25 Juil - 22:05



Seule Victoire, pour le moment, est autorisée à prendre en compte ce rp. Tous les autres membres ne remarquent rien.

INTRIGUE& MURDER
____________Ces ténèbres ont elles un nom ? Cette cruauté, cette haine, d'où nous viennes t'elle ? Ce sont elles introduites dans nos vies à notre insu ? Où sommes nous aller les cherchées délibérément ? Qu'a-t-il bien pu nous arrivés ? Pourquoi jetons nous nos enfants dans le chaos comme jeune soldat dans l'enfer de la guerre ? En espérant qu'ils nous reviendront sains et sauf mais nous savons trés bien que certains seront sacrifier en route. Depuis quand avons nous perdu voie envelopper, engloutis vivant dans les ténèbres ? Ces ténèbres ont elles un nom ? Et si ce nom était le votre..


La foule était tassée, les gradins surchargés. On ne pouvait qu'à peine discuter, qu'à peine comprendre, entendre ce que la personne en face de nous disait. L'ambiance était présente, l'atmosphère chaude. Cependant, dans l'ombre, à l'insu de tous, il quêtait. Qui ça ? Oh, mais vous le connaissez bien, mais vous ne vous en doutez pas. Se faufilant parmi la foule, l'inconnu ne se fait pas remarquer, profitant de l'effervescence de l'évènement. On ne remarquait pas l'individu car dans ce genre de réunion, où une masse de sorciers se réunissent, un de plus avec une cape et une capuche masquant son visage, ça ne change rien. Néanmoins, si on s'attarde sur notre personnage, il se veut grand, d'une allure androgyne plutôt et ses yeux masquent la terreur qu'il représente. Bleu, perçant, bleu cobalt où on est envoûté, attiré avant de s'y perdre, de s'y noyer et d'y laisser la vie. On ne peut voir le visage, son visage qu'on veut savoir parce que premièrement, le capuchon de sa cape noire recouvre presque l'intégralité et de deux, il porte un masque métallique recouvrant l'ensemble de son visage, à l'exception de ses lèvres et de ses yeux. Ainsi, on peut admirer une bouche finement dessinée, des lèvres ni trop fines, ni trop pulpeuses et rouge comme du sang. Un sourire mesquin, foncièrement mauvais s'y dessine alors qu'il pénètre dans les gradins. Il nage dans la masse, sans pour autant perdre son but, son objectif. Elle, la demi-vélane. Il sait dans quel gradin elle se trouve, dans sa maison, chez le lion d'or et orné de rouge. Il est tout près, il fixe les yeux, se repaire pour l'apercevoir, entouré par des sorciers. De nouveau, un sourire se dessine, mais cette fois, il est machiavélique et laisse apercevoir des dents blanches, contraste d'une âme sombre et ténébreuse. Sa cible est là, que faire ? Attaquer maintenant ? Non, il y a trop de monde, il faut... Attendre. Notre ami, le sorcier inconnu sort sa baguette. Là, on peut apercevoir que ces mains sont recouvertes de longs gants en cuir noir. Rien, il ne veut rien laisser couvrir. Il murmure un sortilège que personne ne comprend, comme une langue étrangère et de la place où il se trouve, il entend la discussion. Hm... Patient ? Bien entendu. Il a attendu le moment propice, il a hâte cependant. Sa main tremble, symbole de son excitation. Il tourne la tête pour voir la belle blonde se lever. Il en fait de même, plus proche de la sortie des gradins, il s'y glisse. Le brouhaha masquera les éventuels cris d'agonie de sa victime. Il attend en bas des escaliers, la baguette dans une main, un objet aiguisé dans l'autre. Oui, c'est bien un poignard, une fine lame aussi tranchante que les griffes d'une bête nocturne. A cette heure-ci, tous les élèves et invités sont entrain d'attendre le match qui va débuter d'ici peu de temps. Plus personne n'attend à l'accès des gradins, après les escaliers, sous les échafaudages de bois qui sont très hauts, tout va bien se passer, oui... Et soudain, un pied apparaît des marches. La victime est là, elle descend les marches, d'un rire cristallin, dos à son ange de la mort drapé de noir qui n'attend pas. A peine, la jeune innocente à telle descendue les marches, marches vers la sortie, qu'il attaque ! Arrivant comme un fauve derrière sa victime, il pose sa main sur la bouche de la douce demi-vélane avec sa baguette. Il sent son agitation car oui, la victime, surprise, essai de bouger, mais la poigne de notre tueur est trop puissante. Il approche son visage de sa gorge, reniffle son odeur, ses cheveux et un sourire, plus fou que jamais est visible sur sa bouche. Il murmure alors une phrase dans une langue de notre innocente blonde ne comprend pas.

Memento mori... dit-il dans un souffle grave qui fit trembler la jeune fille.

Alors que la blondinette se débattit, essayant de donner un coup de coude, d'attraper sa baguette attachée à sa ceinture, il était déjà trop tard. Elle était prise au piège sur la toile. L'inconnu en noir levant son poignard. Il posa la lame contre la gorge de la fille qui étouffa un hurlement, éclatant en sanglot, tremblant de peur. Oui, la peur avait prit entièrement possession d'elle, si bien qu'elle était à la limite de se faire dessus. Vivait-elle ses dernières heures ? Et si notre inconnu désirait autre chose que la mort de la jeune femme ? D'un geste précis, travaillé, il tailla la peau, sans sectionner d'organe ou autre, juste pour récolter une fine couche de sang, d'un reflet vermillon sur sa lame. Alors, un sourire satisfait apparu sur ses lippes. Il lâcha la prise ferme qu'il avait exercé sur la jeune fille à sa bouche. Cette dernière se mit alors à hurler à la mort, de toutes ses forces, mais c'était peine perdue.

C'est si... Incroyable le sang. Liquide de vie apportant la mort parfois... Il va renaître grâce à toi, estime toi heureuse, demie-vélane, la première est héritière... Quelle chance. Belle Weasley, tu vas tout oublier désormais... souffla le capuchonné en posant la pointe de sa baguette sur la tempe de la jeune femme.
Demie-vélane... ? Weasley ? Victoire Weasley ?! Hé ! Vous faites erreur, je ne suis pas elle ! Moi, c'est Caroline Williams ! Vous entendez ?! Caroline Williams ! Laissez-moi ! beugla la fille, toujours en se débattant.

La faute. L'erreur. Sa propre condamnation à mort ! Notre sorcier dérangé ouvrit grand les yeux et lâcha sa prise. Il pointa son regard sur sa lame. Ce sang était donc... IMPUR !? Il regarda Caroline. Non, c'était pas la demie-vélane ! Caroline, quant à elle, recula et fixa le sorcier dont elle ne voyait qu'un masque d'animal, de corbeau ! Alors, sans plus attendre, elle continua d'hurler en courant vers les escaliers, mais c'était trop tard. Elle avait déclenché chez notre inconnu, une rage, une haine, une envie de faire couler à flot du sang pour se calmer de sa tragique et stupide erreur ! Il leva sa baguette et visa les jambes de Caroline. Incarcerem. Un sortilège informulé et des cordes se jetèrent sur les jambes, les pieds, les chevilles de la jeune femme qui trébucha, attachée. Elle attrapa alors sa baguette, toujours en criant, pour contrer le sort, mais notre capuchonnée avait déjà lancé un expelliarmus. La baguette vola et retomba au loin. Caroline ne put rien faire quand l'individu se mit à califourchon sur elle et avec une main, lui attrapa les poignets. Avec l'autre, il reprit son poignard. Caroline semblait terrifiée en voyant l'arme venir près d'elle et trouva, dans un dernier espoir, la force de retirer l'étreinte pour libérer une main et sans savoir pourquoi, elle arracha le masque et le jeta au loin. Là, elle ouvrit grand les yeux en fixant le visage du sorcier.

TOI !? Mais... Qu'est ce que...

Puis plus rien. Plus rien du tout. Elle ne peut finir sa phrase que déjà, sa carotide venait d'être sauvagement tranchée. Le sang se déversait à flot et elle ne pouvait plus parler, elle étouffait avec son propre sang ! Elle passa une main sur sa gorge, mettant son liquide rouge sur sa main avant de la passer sur le visage de son ange de la mort comme pour prouver que c'était lui qui venait de lui arracher la vie. Des traces de doigts sur le menton, sur les lèvres et sur les joues avant de ne plus bouger. Le tueur regarda le dernier souffle de vie quitter le corps de sa victime. Il se redressa, calme, impassible, mais au fond, il était enragé d'avoir raté sa cible. Dos à l'escalier, face à Caroline qui gisait au sol, morte. Il regarda son masque au loin avant de faire un accio pour le prendre en main. Il allait le remettre et continuer sa traque, sa chasse pour son gibier quand quelqu'un descendit les escaliers...


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .




VOUS ETES TOUS EN DANGER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: intrigue n°1 ☞ LES GRADINS   

Revenir en haut Aller en bas
 
intrigue n°1 ☞ LES GRADINS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tueur + résolution d'un défis d'intrigue
» Brainless le full intrigue ? Peut etre pas...
» deck " catelyn anti intrigue
» INTRIGUE N°2 ▬ Let's build there future with some perpend of there lives.
» [Intrigue] Introduction "La recherche"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HOGWARTS :: OUTSIDE OF THE SCHOOL :: TERRAIN DE QUIDDITCH-
Sauter vers: