« je vais bien, ne t'en fais pas. » → JAMES&LILY POTTER.




 
NOUVEAU DESIGN + d'infos ici ♥️
GRAND TRI par rapport au rescencement et au trop-pleins de membres inactifs.
Si vous avez été supprimé par erreur vos fiches ne sont pas supprimés, ré-inscrivez !
Les maisons Serdaigles et Serpentards sont a privilégier !

Partagez | 
 

 « je vais bien, ne t'en fais pas. » → JAMES&LILY POTTER.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Albus S. Potter

SLYTHERIN ⚡ sixième année


avatar

⚡ PAPERS : 87
⚡ POINTS : 5
⚡ ICI DEPUIS : 04/07/2011

MessageSujet: « je vais bien, ne t'en fais pas. » → JAMES&LILY POTTER.   Lun 11 Juil - 22:13


→ je vais bien, ne t'en fais pas.


Dans le genre, « je suis un boulet », monsieur Potter était décidément le meilleur. Cette potion n'était pourtant pas qualifiée de dangereuse pour les élèves. Néanmoins, Albus, avec son manque de concentration habituel, avait réussi à la transformer en une arme redoutable. Un ingrédient en trop et tout était à recommencer. Un ingrédient en trop et c'était un nouveau poison qui lui faisait face. Albus n'avait pas eu le temps de comprendre ce qui s'était passé. En temps normal, la potion était la seule matière qu'il réussissait sans gros effort. Il comparait cela avec la cuisine, qu'il avait toujours aimé pratiquer avec sa mère. S'il n'avait pas été un sorcier, il aurait probablement choisi de devenir cuisinier. L'histoire aurait pu se terminer par une note médiocre et un nouveau devoir à recommencer en toute vitesse pour rattraper le retard, si monsieur n'avait pas inhalé, sans réellement le vouloir, la fumée qui s'était échappée de cette substance qui avait pris une étrange couleur. Les effets n'avaient pas été immédiats. Son coéquipier et lui-même avaient continué à rajouter les ingrédients, sans même se rendre compte qu'ils allaient tout droit dans le mur. Une étrange odeur se dégageait de leur chaudron depuis plusieurs minutes et personne n'avait réagi. Certains élèves s'étaient retournés mais n'avaient fait aucun commentaire. Lorsque le professeur s'était décidé à passer entre les allées pour observer de plus près les travaux de ses élèves, qui semblaient tous très concentrés, il s'était approché un peu plus du paillasson des deux jeunes serpentards pour regarder cette potion. « Qu'avez-vous mis dans cette potion, messieurs ? » A ces mots, Albus s'était tourné vers son ami, qui avait haussé des épaules. Le professeur avait immédiatement fermé le chaudron, ce qui avait intrigué certains élèves, qui les observaient du coin de l’œil. « Eh bien... on a suivi les instructions... » Avait répondu le jeune homme, ne comprenant pas où est ce qu'il avait voulu en venir. « En avez-vous inhalé ? » Le jeune serpentard s'était senti subitement stupide face à cet interrogatoire. Il avait répondu que cela était impossible pour lui de réaliser une potion sans forcément sentir l'odeur de celle-ci. La question avait également été posé à son coéquipier, qui avait secoué positivement la tête. Le professeur avait aussitôt appelé l'élève le plus studieux du cours pour prendre sa place et les avait emmené, en compagnie des camarades les proches du paillasson des deux jeunes gens, à l'infirmerie d'un pas précipité. Albus n'avait pas compris... jusqu'à ces maux de tête qui l'avaient frappé en plein crâne. Heureusement pour lui et ses amis, ils n'avaient pas inhalé assez de fumée pour pouvoir être en réel danger.

Allongé sur un lit blanc, au fond de l'infirmerie, Albus ne bougeait pas. A chaque fois qu'il tentait de se redresser, l'horrible mal de tête lui refaisait face. Cela en devenait insoutenable. De ce fait, il préférait observer la vieille femme aller et venir, dans tous les sens, pour pouvoir soigner ses patients plus ou moins malades et bouger le moins possible. La journée allait décidément être très longue. L'infirmière lui avait donné un antidote qui sentait extrêmement fort et qui avait été une vraie torture à boire. A présent, elle lui demandait de ne plus bouger et de se reposer, chose qu'il n'arrivait pas à faire. Cette situation était tellement stupide qu'il n'en revenait pas lui-même. C'était vraiment le genre de chose qui n'arrivait qu'à lui. Sûr que le grand James Potter n'aurait jamais pu se tromper dans ses ingrédients. Un soupir se fit entendre de sa part. Lorsqu'il serait mis au courant, il n'hésiterait pas à s'en prendre à son petit frère... comme il le faisait si bien. « Arrête de gémir, c'est ta faute si on retrouve comme des idiots dans cette salle. » Albus n'eut pas besoin de tourner la tête pour reconnaitre la personne qui lui avait adressé la parole. Cette fille, qui était dans la même maison, mais aussi en même année que lui, et qui n'arrêtait pas de se plaindre à longueur de journée. Heureusement pour elle, il ne pouvait pas bouger. Pas que monsieur aurait pu frapper une fille, mais la colère qu'il ressentait face à cette situation aurait pu faire des dégats... « Bien sûr... si tu t'étais pas retourné aussi ! » Non, ce n'était décidément pas le moment de lui adresser la parole. Albus détestait l'infirmerie. Une étrange atmosphère régnait dans ces lieux et il ne se sentait pas très à l'aise. Ces murs blancs, ce sol blanc, ces lits blancs... il aurait presque préféré un cours d'Histoire de la Magie. Et cette infirmière, qui faisait des allers-retours incessants et qui lui donnait presque le tournis.

Et justement... l'infirmière revenait vers eux, se dirigeant vers le jeune Potter, accompagnée de deux personnes qu'il ne connaissait que trop bien pour faire partie de leur famille. Elle fit un petit geste de la main et reprit aussitôt ses affaires, sans un mot. « Vous n'étiez pas obligé de venir me voir, vous savez. Je vais bien. »


Dernière édition par Albus S. Potter le Mar 12 Juil - 20:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily L. Potter

GRYFFINDOR ⚡ cinquième année


avatar

⚡ PAPERS : 218
⚡ POINTS : 13
⚡ ICI DEPUIS : 30/06/2011
⚡ AGE : 23
Localisation : Québec

MessageSujet: Re: « je vais bien, ne t'en fais pas. » → JAMES&LILY POTTER.   Mar 12 Juil - 6:49



Le cours d’arithmancie ne passait pas très rapidement aux yeux de Lily. En fait, il durait l’éternité, il ne semblait plus finir. Elle était silencieuse et s’endormait. Les efforts qu’elle faisait pour s’intéresser au professeur et rester éveillée étaient vain. La nuit précédente n’avait pas été très fructueuse. La jeune Potter n’avait quasiment pas dormi de la nuit à cause d’un oubli fatal, d’un devoir. N’ayant pas l’habitude d’omettre de remettre ses travaux, Lily avait complété à la dernière minute un résumé de ce qu’elle avait bien pu comprendre au cours des récentes classes d’arithmancie. Minutieuse et maniaque, elle avait perfectionné sa rédaction jusqu’à ce qu’elle remarque l’heure. Ainsi, son repos fut bref. Sa sieste n’était toutefois pas l’agent unique de son trouble à rester piquer. En effet, le professeur radotait tout ce qu’il avait pu bien expliquer depuis le début des classes. Avec l’écoute continue et la mémoire à toutes épreuves qu’avait Lily, elle n’avait pas besoin d’un cours sommaire. C’était en fait l’ultime chose dont elle n’avait pas la nécessité d’endurer. Fâcheusement, ce n’était pas elle qui décidait du plan du cours de ses enseignants.

La cloche sonna plus vite que Lily n’allait se l’imaginer. Le front accoté sur son bras, la tête dans les livres, la jeune et studieuse Potter avait fait d’elle une flemmarde. Insultée de s’être endormie contre son gré, mais bien heureuse de ne pas s’être fait prendre dans les bras de Morphée, elle prit ses cliques et ses claques et sortit de la salle de classe au plus sacrant.

Déambulant dans les couloirs de Poudlard à une vitesse folle, Lily tenait ses livres contre sa poitrine. Elle se dirigeait vers les dortoirs de Gryffondor quand un pote de son frère à peine âgé d’une année de plus interrompit sa conversation avec un autre Serpentard pour venir voir la jeune femme. Par politesse, Lily arrêta son élan pour écouter ce que Drake avait à lui dire. « J’étais en cours de potions avec Albus et, histoire courte, il est à l’infirmerie à cause qu’il a inhalé sa propre potion. Le professeur m’a dit de t’avertir ton frère et toi. Je me disais que ça serait plus facile de t’expliquer les choses depuis que James est plutôt une plaie…» Lily, un peu embêtée par ces propos, haussa les sourcils. « Enfin, euh, je veux dire, je ne sais pas quels sont les effets secondaires, rien, mais euh, ouais tu devrais peut-être aller le visiter. » finit-il par balancer, plutôt gêné de sa gaffe. « Merci du conseil, j’y aurais pas pensé toute seule. » La jeune Potter détourna le Serpentard qui lui avait annoncé la nouvelle et repris sa route. « Oh et Drake, merci quand même pour l’info. ». Et elle était repartie.

Une marée de filles, voilà ce qui se trouvait aux pieds du majestueux, grand et beau James Sirius Potter. Le fils du respectable Harry Potter, le poursuiveur de son équipe de Quidditch, le talentueux défenseur contre les forces du mal… cet étudiant neuvième année célibataire. Lily ne supportait pas de le voir ainsi profiter d’une popularité aussi grande. Elle ne comprenait pas ce qui le poussait à toujours vouloir démontrer qu’il était si bon, si parfait. Elle ne comprenait pas comment il pouvait désirer toute cette célébrité, cette renommée. Elle n’appréciait guère lorsqu’il agissait ainsi. Elle n’aimait pas que cent millions de nanas traînent aux pieds de James. Elle ne trouvait pas cela saint. Mais ça ne la regardait pas, et elle ne se mêlait que de ses propres oignions. « James, James! » En vain, jamais il ne l’aurait entendue, avec toute ses adolescentes en rut qui gloussaient à chaque mot que son grand frère énonçait.

« Barbe de Merlin! James! Il ne reste plus que quelques nouveaux vernis à ongle rose fée des bois chez cette vendeuse au Pré-au-lard qui n’est là que temporairement! Tu devrais aller dévaliser tous ces derniers produits avant qu’elle ne parte, toi qui aime tant te peindre les ongles d’orteils! » Tout changea à l’instant où Lily prononça ces paroles. Les vraies filles coururent vers l’extérieur dans le but d’aller se procurer de ce nouveau et très en vogue produit de beauté. Les autres regardèrent James avec un air abasourdi et s’éloignèrent, presque dégoûtées. Satisfaite, Lily put enfin se rendre vers son frère qui semblait plutôt contrarié de la situation. Il regarda sa jeune sœur avec interrogation. Il n’eut cependant pas le temps de placer un mot. « Il fallait que je te parle. Tu ne m’écoutais pas et tes chattes en chaleur m’embarrassaient. Compte-toi plutôt chanceux que je n’ai pas utilisé l’excuse de la diarrhée. » Elle prit une pause et failli se faire interrompre. « Tais-toi et écoute-moi. Albus est à l’infirmerie et je ne sais pas vraiment si c’est grave. Je suis donc venu te chercher pour que nous puissions aller le retrouver. Pas la peine de protester, je n’y vais pas toute seule. ET pas avec un autre que toi James, tu me connais, je vais arriver à mes fins quoi que tu dises et fais. » James refusa un long moment, puis hésita, puis accepta de suivre Lily jusqu'à l'infirmerie.

Elle lui prit la main pour l'entraîner au plus vite dans la salle où se trouvait l'enfant Potter du milieu. Elle ne voulait pas qu'il reste coincé en arrière à papoter ou montrer ses biceps. Elle ne souhaitait pas qu'il soit distrait par autre chose que son frangin possiblement blessé. James et Lily arpentèrent les corridors de Poudlard d'un pas vif. Elle était en avant et lui suivait, tel une mère et sa progéniture. La différence ici c'est qu'ils étaient frère et soeur, qu'elle était beaucoup plus jeune et beaucoup plus petite que lui.

Finalement rendus à l'asile l'infirmerie, Lily lâcha James et se précipita presque vers le lit blanc d'hôpital dans lequel Albus se retrouvait. Voyant qu'il était conscient et qu'il semblait en forme, Lily soupira intérieurement de soulagement. S'il avait fallu qu'il arrive du mal à son Albus préféré...Il n'aurait pas fallu, non. « Vous n'étiez pas obligé de venir me voir, vous savez. Je vais bien. » « Dans ce cas nous devrions te laisser pourrir ici seul jusqu'à la fin de tes jours puisque notre présence t'enchante autant. »

J'étais bizarrement inspiré, je suis désolée, ne vous attendez pas de moi autant de lignes dans les prochains postes, x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albus S. Potter

SLYTHERIN ⚡ sixième année


avatar

⚡ PAPERS : 87
⚡ POINTS : 5
⚡ ICI DEPUIS : 04/07/2011

MessageSujet: Re: « je vais bien, ne t'en fais pas. » → JAMES&LILY POTTER.   Mar 12 Juil - 19:58


→ je vais bien, ne t'en fais pas.


James ferma d'un geste brusque les rideaux et se tourna vers son petit frère, qui détestait par dessus tout se sentir aussi vulnérable face à eux. La situation aurait pu être pire, certes, mais Albus était quelqu'un de trop fier pour montrer qu'il pouvait lui aussi se retrouver à l'infirmerie dans une posture inconfortable. « Dans ce cas nous devrions te laisser pourrir ici seul jusqu'à la fin de tes jours puisque notre présence t'enchante autant. » Lily, avec son tact toujours aussi appréciable venait de prononcer quelques mots. James se mit à rire et Albus ne put s'empêcher de le rejoindre. Cette remarque avait réussi à le détendre, même si ce n'était probablement pas l'effet désiré. Lily avait toujours réussi à lui remonter le moral. Ses réflexions le faisaient sourire, bien malgré le fait qu'elle tentait de le faire réagir. Ils n'avaient qu'un an de différence et il s'était toujours senti plus proche d'elle que de son ainé. « Merci pour ton soutien Lily, je prends note. Mais c'est adorable de voir que tu étais inquiète. » Répondit-il, un petit sourire amusé au coin de ses lèvres. Il prenait cela pour de la simple inquiétude. Lui-même aurait probablement réagi comme elle si les places avaient été inversés. Ils venaient d'arriver, mais il se sentait déjà mieux. Avant même que la petite gryffondor se décide à lui répondre, Al' entendit son frère. « Si tu veux on peut partir déjà que je me suis fait traîner ici … Enfin, maintenant qu’on est là … » Ça, c'était la manière de lui dire qu'il ne comptait pas partir et ce, même si Albus le tenait réellement. Le regard du jeune serpentard se dirigea vers son ainé qui s'installait sur un siège, près du lit. On aurait presque pensé une réunion de famille pour préparer les cadeaux qu'ils comptaient offrir à leurs parents pour Noël. Réunion qui finissait toujours mal, de par les réflexions qu'Albus ne cessait de lancer à son ainé et celui-ci qui ne se laissait évidemment pas faire. Parfois, il se demandait si cela aurait pu être différent avec James. Ils n'auraient pas eu les mêmes plaisanteries qu'avec une fille comme Lily, c'était évident. Ils auraient plutôt parlé de filles, de sujets plus masculins... Il regrettait la réaction de son frère face à sa maison. Tout aurait pu être différent s'il n'était pas entré dans cette fichue maison verte. Il n'aurait probablement pas été le meilleur ami de Scorpius Malefoy, il n'aurait probablement pas fait attention à sa jumelle Adriane... mais il aurait eu une meilleure relation avec son frère. Il serait entré dans l'équipe des rouges au Quidditch et ils se seraient tous les trois entrainés dans la bonne humeur des Potter. Plus il y réfléchissait, plus il se demandait si c'était vraiment ce qu'il voulait. Après tout, il n'aurait pas eu les mêmes relations avec les serpentards et aurait probablement toujours pensé qu'ils n'étaient que des vipères. En entrant dans leur maison, il avait découvert une autre partie. Ils n'étaient pas tous comme ça. Le faire comprendre à James était une autre histoire.

« Alors Al’, Lily m’a dit que tu t’étais bien débrouillé avec ta potion ! Enfin non puisque tu es ici … » Un petit rire s'échappa de sa part alors qu'Albus levait les yeux au ciel. Geste anodin qui devenait presque une manie lorsqu'il discutait avec son frère. « Allez, ça arrive à tout le monde, je rigole bien sûr… Bon, moi j’aurais évité quoique les potions c’est pas mon truc. » C'était surtout le truc d'Albus, les potions. Du moins, c'était censé être la matière qu'il réussissait le mieux... jusqu'à ce jour. Tentant de se remémorer la recette de sa potion, il se répéta les ingrédients plusieurs fois. Où s'était-il trompé ? Son coéquipier avait fait attention à ses gestes, il aurait probablement vu l'erreur et pourtant... il avait été aussi étonné que lui. « Non mais restez maintenant que vous êtes là... surtout que ça fatiguerait James de devoir faire le chemin inverse, n'est ce pas James ? Qu'est ce que ça doit être fatiguant de devoir jouer les ainés modèles et passer voir son petit frère qui a failli mourir empoisonné. » Lui demanda-t-il, un petit sourire sarcastique se dessinant sur ses lèvres. Son mal de tête refaisait surface mais il n'y faisait pas attention. Finalement, cela faisait plaisir au serpentard de voir ses frères et sœurs. Il ne laissait rien paraitre, mais les sentiments étaient présents. « Je ne pensais pas que l'information aurait fait le tour de Poudlard en à peine une heure... mais, merci d'être là. » Des élèves de sa maison en avaient probablement parlé aux autres, qui avaient fini par arriver à leurs oreilles. Aussi rapide que les rumeurs qui pouvaient circuler. Il y avait parfois du bon d'écouter les commères. « Pour ma potion... j'sais pas ce qui s'est passé... et puis, vous auriez vu la tête du prof, j'ai cru qu'il allait faire une crise cardiaque. J'ai dû le traumatiser à vie. » Il revoyait le visage du professeur se décomposer au fur et à mesure des secondes qui passaient, fixant les deux jeunes gens avec des yeux exorbités. Il s'en rappellerait encore un moment et le lui rappellerait sans doute aussi. La prochaine fois, il ferait plus attention... Chose qu'il se répétait à chaque connerie mais qui ne l'arrêtait pourtant pas d'en faire d'autre. On ne changeait pas un Potter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily L. Potter

GRYFFINDOR ⚡ cinquième année


avatar

⚡ PAPERS : 218
⚡ POINTS : 13
⚡ ICI DEPUIS : 30/06/2011
⚡ AGE : 23
Localisation : Québec

MessageSujet: Re: « je vais bien, ne t'en fais pas. » → JAMES&LILY POTTER.   Mer 13 Juil - 23:49



Au départ, Lily était un peu insultée. Ses propres frères ne la prenaient pas vraiment au sérieux; ils lui riaient en pleine figure. Elle se concentra d’abord pour ne pas se frustrer pour ne pas compliquer les choses, puis, elle réalisa le sens des paroles qu’elle avait lancées spontanément quelques secondes avant que James et Albus ne rigolent. Elle admit qu’elle avait réagit un peu trop rapidement et que, pris avec du recul, ces propos étaient plutôt marrants. Ses épaules se décontractèrent et un rictus se fit voir sur son visage de gamine. Elle ne put s’empêcher de secouer la tête, amusée. « Merci pour ton soutien Lily, je prends note. Mais c'est adorable de voir que tu étais inquiète. » De toute façon, que voulait-il qu’elle fasse? Elle était sa sœur et n’avait aucune idée de son état de santé. Il était plutôt normal qu’elle s’inquiète. Et puis elle savait que James l’était un peu aussi, parce qu’elle savait qu’il aimait Albus, malgré la misère qu’il se donnait pour faire croire le contraire à tout le château et bien au-delà. « Si tu veux on peut partir déjà que je me suis fait traîner ici … Enfin, maintenant qu’on est là … » « Je ne t’ai quand même pas porté comme une princesse dans mes bras James. » Lily leva les yeux au ciel. Elle se demandait pourquoi il fallait toujours chercher à justifier les choses. James et Albus s’aimaient, sous une carapace assez dure, et ils le savaient très bien tous les deux. Tout était si compliqué, pour absolument rien. Elle détestait ces jeux à la con. Ça lui faisait drôlement pensé à des enfants, des enfants trop orgueilleux pour avouer ce qu’ils ressentent. Bref.

Lily se tira une bûche comme son frère et failli lancer à l’aîné un truc du genre : « Quel gentlemen! ». Pourtant, elle se retint, après tout, elle était assez grande pour se traîner une chaise toute seule. Elle aurait par contre apprécié que son frère fasse l’effort de faire un geste pour elle, au lieu de lancer une pique à son autre frangin. « Alors Al’, Lily m’a dit que tu t’étais bien débrouillé avec ta potion ! Enfin non puisque tu es ici … » « À se que je sache, toi non plus tu n’es pas parfait… » Ajouta-t-elle plutôt découragée avant de marmonner dans sa barbe ceci : « Surtout quand ça concerne une certaine Juliet… » La gryffondor regretta tout de suite ces paroles. Elle ne voulait pas blesser James, mais c’était sorti de sa bouche si spontanément, si rapidement, trop rapidement. Elle fit mine de n’avoir rien exprimé et espéra que personne n’avait rien entendu. Personne ne sembla faire de commentaires sur ces mots qui avaient dépassés les limites, ce qui la soulagea bigrement. « Allez, ça arrive à tout le monde, je rigole bien sûr… Bon, moi j’aurais évité quoique les potions c’est pas mon truc. » Il s’était rattrapé, ce qui plu à Lily. Il fallait l’entendre pour le croire; James Potter venait d’avouer que les potions n’étaient pas son truc. Que quelque chose dans la vie n’était pas son truc. C’est rare, ne put s’abstenir de penser la seule cinquième année qui retrouvait dans la salle des malades.

« Non mais restez maintenant que vous êtes là... surtout que ça fatiguerait James de devoir faire le chemin inverse, n'est ce pas James ? Qu'est ce que ça doit être fatiguant de devoir jouer les ainés modèles et passer voir son petit frère qui a failli mourir empoisonné. » Comme s’ils étaient sur le point de s’en aller. Lily se doutait bien qu’un séjour à l’infirmerie n’était pas très agréable, surtout si personne ne nous rend visite. Aux derniers propos d’Albus, Lily sourit. Ce n’était pas qu’elle était « du bord » à Albus, elle était totalement neutre quant à la relation qu’entretenaient les deux hommes de sa vie, mais elle avait particulièrement trouvé cocasse la réplique du serpentard qui faisait allusion aux capacités restreintes de l’autre gryffondor... Lily appréciait l’humour sarcastique, car elle faisait elle-même des blagues pourvues d’ironie ou de moquerie.

« Je ne pensais pas que l'information aurait fait le tour de Poudlard en à peine une heure... mais, merci d'être là. » « Ton professeur a dit à Drake de nous dire à James et à moi où tu te trouvais, soit à l’infirmerie. Et nous voilà, au pied du lit d’Albus Severus Potter, le sorcier qui s’est tragiquement auto-empoisonné. Ou pas. » Lily riait toute seule. Elle se trouvait bien marrante avec ses grands titres et tout. Puis, Albus expliqua que son professeur de potions avait fait l’une de ses têtes d’homme traumatisé. Lily le visualisait bien dans sa tête. Une expression abasourdie; sa bouche grande ouverte et ses yeux exorbités. Drôle de spectacle. « Ça aurait peut-être pu être fatal, qui sait? » Lâcha mini-Potter. Encore une fois, sa réflexion n’avait pas vraiment de sens. Fatal était un bien grand mot, une exagération exagérée. Après tout c’était une potion faite en cours de potions dans une école sécuritaire et sécurisée. Enfin, Lily se trouva coquine d’avoir sorti une idiotie pareil. Elle se rappelait les histoires que son père lui racontait à propos de Seamus Finnigan, un ancien gryffondor de l’année à Harry. Et son ami. Combien de fois son géniteur lui avait raconté que son ancien camarade avait un talent incroyable à faire exploser tout ce qui l’entourait. Ses potions et ses sortilèges tournaient souvent mal. Et il n’était pas blessé pour autant.

Lily se demandait comment son frère habituellement doué avec les potions avait bien pu rater aussi gravement son coup. Néanmoins, plus elle y pensait, plus elle considérait le fait qu’une toute petite erreur avait pu être à l’origine d’un colossal désastre; ce qui n’avait heureusement pas été le cas. Lily passa un doigt dans un mèche de ses longs cheveux avant d’adressé la parole à nouveau à Albus. « D’ailleurs Albus, pourquoi es-tu ici, qu’est-ce que t’as fait la potion? Parce que tu ne sembles pas si malade… Et puis, depuis quand tu manques tes recettes de potions, Severus ne sort pas de ce corps comme on le prétend tant. » Elle lui lança un sourire un peu moqueur, quoique sincère.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albus S. Potter

SLYTHERIN ⚡ sixième année


avatar

⚡ PAPERS : 87
⚡ POINTS : 5
⚡ ICI DEPUIS : 04/07/2011

MessageSujet: Re: « je vais bien, ne t'en fais pas. » → JAMES&LILY POTTER.   Sam 16 Juil - 21:49


→ je vais bien, ne t'en fais pas.


« À se que je sache, toi non plus tu n’es pas parfait… Surtout quand ça concerne une certaine Juliet… » Cela ne faisait pas une heure que les trois Potter étaient réunis dans une même salle, que les choses commençaient déjà à devenir difficiles. Albus était étonné d'entendre Lily lancer des piques à son ainé alors qu'elle était plutôt considérée comme celle qui tentait de garder le calme dans le trio. Un peu comme la remplaçante de leur mère, qui ne pouvait pas être à Poudlard avec eux. Lorsque James fusilla du regard la plus jeune du groupe, Albus leva les yeux au ciel. Après tout, Juliet n'était qu'une fille parmi tant d'autres. Il lui suffisait d'un geste de la main pour que toutes les filles tombent dans les bras du plus âgé des Potter. De plus, le sens de l'humour et le charisme de l'ainé aidaient beaucoup pour la conquête des filles. Il n'était décidément pas le plus à plaindre. Certes, elle avait un très beau sourire et Albus ne pouvait pas le nier, elle faisait partie des filles qui pouvaient plaire au jeune serpentard mais elle n'était pas non plus si exceptionnelle que ça. Elle était drôle et ses moyens pour rendre jaloux James étaient très amusants à réaliser, surtout lorsque cela le concernait aussi mais elle n'était pas non plus la seule à faire ce genre de chose. A vrai dire, à chaque fois qu'il fallait rendre jaloux James, les filles venaient vers Albus. Et même si James pouvait trouver cela ridicule et pouvait penser que son petit frère serait capable de lui faire un tel coup, celui-ci n'aurait jamais pu lui faire une trahison pareille. Il ne pouvait pas le supporter, d'accord, mais il n'était pas non plus un monstre. Et le fait de voir James jaloux de cela le faisait rire. Il ne fit pourtant aucun commentaire, même si l'envie le démangeait, voir le visage de son ainé se décomposer n'était pas très bon signe. Il gardait ce qu'il pensait de Juliet pour plus tard...

« Si t’étais au bord de la mort, on serait à Sainte Mangouste petit frère et tu as l’air de bien te porter. Mais je ne remercie de te soucier de ma fatigue, c’est fort aimable. Je dirais que le chemin du retour semble toujours moins long que celui de l’allée non ? » Il n'avait pas tort, même si Albus se sentait réellement mal. Cependant, la potion que l'infirmière lui avait donné, bien que l'odeur et la texture lui avaient donné une soudaine envie de vomir, l'avait beaucoup aidé. Pour la première fois, il remerciait intérieurement la vieille dame pour l'avoir sauvé d'une mort certaine... ou du moins, d'une bonne maladie qui aurait pu le clouer au lit pendant plusieurs semaines. Albus avait seulement besoin de repos. Et d'une bonne crise de fou rire. « Je suis sûr que si j'avais été à Sainte Mangouste, t'aurais tout fait pour ne pas bouger de Poudlard, je me trompe ? » Et ça, c'était un vrai reproche déguisé en une simple question anodine que tout le monde pouvait se poser. Il lui en avait toujours voulu de voir qu'il s'intéressait peut-être plus à Lily que lui. Si mini Potter avait été à l'infirmerie, James aurait accouru comme un chien enragé. Du moins, il n'aurait pas réagi de la même manière. D'une manière, c'était assez blessant. Un peu comme le vilain petit canard, il se demandait parfois ce qu'il faisait dans cette famille.

« Ton professeur a dit à Drake de nous dire à James et à moi où tu te trouvais, soit à l’infirmerie. Et nous voilà, au pied du lit d’Albus Severus Potter, le sorcier qui s’est tragiquement auto-empoisonné. Ou pas. » Tragiquement, c'était bien le mot. Comment avait-il réussi son coup alors qu'il portait lui-même le prénom d'un célèbre prince des potions ? « Ça aurait peut-être pu être fatal, qui sait? » Sans aucun doute. Albus avait eu extrêmement peur en voyant le visage de son professeur qui s'était décomposé. Ce n'était pas comme l'Histoire de la magie, ou l'Astronomie, ou là, lorsqu'il se trompait, il n'y avait pas vie en danger. Les potions, comme les DCFM pouvaient blesser des élèves et pouvaient même devenir mortels pour certains ! « Arrête Lily, ce n’est pas une potion de sixième année qui a mal tournée qui va être fatal à notre cher Albus ! Il est solide, du moins je crois … » Un petit sourire se dessina sur les lèvres de James, accompagné par Albus. Pour une fois que le grand James Potter faisait un compliment à son petit frère, il allait bien profiter de ce petit moment pour le graver dans sa mémoire. Dommage qu'il fallait attendre un accident comme celui-ci pour qu'il se décide enfin à lui montrer qu'il croyait en lui. « Pour une fois Lily, je pense que tu devrais écouter James. » Répondit-il doucement en lui lançant un petit sourire. En temps normal, en entendant ce genre de chose sortir de sa bouche, on aurait pu penser qu'Albus avait perdu la tête... et pourtant, c'était bien lui qui le disait.

« T’aurais du prendre une photo Al’ ! J’aurais payé pour voir sa tête ! Bravo petit frère, je suis fier de toi ! D’ailleurs, mon prochain coup lui sera destiné. Qui sait ? Deux en peu de temps, peut-être qu’il l’aura sa crise cardiaque. » Un grand sourire se dessina sur les lèvres d'Albus. Les seuls moments où ces deux-là s'entendaient bien, c'était lorsqu'ils décidaient de préparer des mauvais coups. Combien de fois ces deux-là s'étaient-ils attirés les foudres des adultes lorsqu'ils étaient tombés sur l'un de leurs plans. C'était ça aussi d'être frères. Ces moments-là étaient rares mais c'était toujours les meilleurs. Ne pas en abuser, c'était surement le secret pour rire comme des fous durant certains instants. « Comme si j'avais pensé à prendre la photo pendant qu'il était en train de paniquer... mais j'y penserais la prochaine fois. D'ailleurs, t'as qu'à lui refaire le coup. Il va penser qu'on est tous des suicidaires. » La situation aurait pu être d'ailleurs très comique. Il s'imaginait sortir son appareil photo et l'arrêter dans son élan de panique pour le prendre en photo. Il aurait probablement fait sa crise cardiaque à ce moment-là, se rendant compte qu'Albus ne réalisait pas l'ampleur de la situation.

« D’ailleurs Albus, pourquoi es-tu ici, qu’est-ce que t’as fait la potion? Parce que tu ne sembles pas si malade… Et puis, depuis quand tu manques tes recettes de potions, Severus ne sort pas de ce corps comme on le prétend tant. » Deuxième remarque sur son état. Il ne semblait pas assez malade ? Ah ? Parce qu'il fallait ressembler à un mort vivant pour finir à l'infirmerie ? « Mais non il est pas si malade ! Le prof l’a sauvé avant de faire sa crise cardiaque. » Dit-il en riant. « Au fait Lily, je te remercie de t’inquiéter pour ma relation avec Juliet mais tu devrais éviter de t’en mêler, je pense que s’il y a quelqu’un qui sait ce qu’il a affaire, c’est moi. » Outch. James commençait à s'énerver. « Rooh ça va Jay, qu'est ce que t'as avec cette fille ? C'est ridicule. » Non, il n'essayait pas de le provoquer, il essayait simplement de comprendre pourquoi est ce que l'on entendait que Juliet dans toutes les conversations. Elle était tellement banale. Cool okay, mais banale. « Bon et sinon, c'est quoi cette histoire ? J'ai pas l'air malade ? Vous pensez que je suis du genre à simuler pour rater mon cours de botanique ? J'avoue que ce serait mon genre, mais je vous signale que j'ai failli mourir ! Ce serait sympa de me soutenir. » Commença-t-il en levant les bras de façon dramatique. C'était presque ridicule tant Albus ne savait pas jouer la comédie. « Et pour te répondre Lily, ma tête va exploser d'un moment à l'autre. L'infirmière m'a donné une potion dégueulasse et elle m'a dit que les autres effets apparaitront plus tard. Alors... j'en sais rien. Elle m'a dit que mon visage va jaunir, mes dents et mes cheveux vont tomber. Mes yeux vont changer de couleur. Et je risque de tomber dans les pommes et de vomir mes tripes. » Il y eut un silence. « Non, je plaisante, me regarder pas comme ça ! Je risque d'avoir des maux de tête, de vomir un peu... d'avoir quelques difficultés à me concentrer, de me fatiguer plus rapidement... enfin bref, toute une liste mais ça ne durera pas plus d'une semaine si je prends bien les potions qu'elle me donne. Pour l'instant, ça va... à part le mal de tête. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily L. Potter

GRYFFINDOR ⚡ cinquième année


avatar

⚡ PAPERS : 218
⚡ POINTS : 13
⚡ ICI DEPUIS : 30/06/2011
⚡ AGE : 23
Localisation : Québec

MessageSujet: Re: « je vais bien, ne t'en fais pas. » → JAMES&LILY POTTER.   Lun 8 Aoû - 21:37



Lily observait ses frères agir. Ils étaient si pareils au fond. Elle ne s’étonnait même pas que deux êtres aussi semblables puissent « s’haïr » autant. On dit souvent qui se rassemble s’assemble, mais aussi que le parent avec lequel l’enfant s’entend le moins bien est celui qui lui ressemble le plus… Donc, cela devait s’appliquer dans une relation fraternelle aussi… comme James et Albus. D’un côté, la benjamine des Potter espérait qu’un beau jour ses deux frères qu’elle aimait tant allaient finir par rejeter leurs carapaces d’éternels « ennemis ». D’un autre côté, ça ne changeait rien pour elle; même qu’elle était plus intégrée dans la famille, car elle jouait en quelque sorte l’arbitre du match. Ça lui permettait d’être proche d’eux, et de ne pas jouer à la troisième roue du carrosse de la famille. Personne n’était vraiment délaissé dans cette situation, et c’était juste ainsi. Puis, les bagarres mettaient de l’action après tout…

Alors qu’elle venait de faire sa remarque déplacée à propos de Juliet, elle croyait que personne ne l’avait entendue. Pourtant, une trentaine de secondes après avoir lancé cette phrase qui aurait certainement mis James dans un état non-désirable, elle remarqua sa gaffe. Le plus vieux des Potter la fusillait du regard, elle n’était pas trop fière d’elle. Elle ne détourna pas la tête et offrit un regard désolé à son frère avant de se retourner vers le grand malade.

« Si t’étais au bord de la mort, on serait à Sainte Magouste petit frère et tu as l’air de bien te porter. Mais je ne remercie de te soucier de ma fatigue, c’est fort aimable. Je dirais que le chemin du retour semble toujours moins long que celui de l’allée non ? » C’était particulièrement vrai, surtout si la destination était inconnue lors de l’allée. Lily se souvenait comment elle avait trouvé que Poudlard était si loin de sa maison lors de son premier voyage dans le train. Il était vrai cependant qu’elle ne se pouvait plus de découvrir enfin de ses propres yeux Poudlard, cette école prestigieuse qu’elle avait tant entendu parler et tant vu dans ses rêves. Puis, lorsqu’elle était retournée chez elle pour les vacances de Noël, le trajet lui sembla beaucoup moins long. Enfin…

« Arrête Lily, ce n’est pas une potion de sixième année qui a mal tournée qui va être fatal à notre cher Albus ! Il est solide, du moins je crois … » Elle le savait bien. Elle avait seulement pensé trop vite et parler trop vite. Lily était du genre à rester silencieuse plutôt que dire des conneries de ce genre. Seulement, avec ses frères ce n’était pas pareil. Ils étaient sa famille et c’était seulement différent avec eux. Elle avait exagéré les choses et avait pensé la même chose que James deux-trois secondes après avoir lancé cette réflexion inutile et idiote. La jeune gryffondor se contenta d’hausser les épaules jusqu’à ce qu’Albus appui le plus vieux des Potter. « Pour une fois Lily, je pense que tu devrais écouter James. » La jeune femme ouvrit grand les yeux. Elle s’approcha rapidement de son frère qui appartenait à la maison serpentard puis tendit sa paume sur le front de ce dernier. On aurait dit une mère qui prenait la température de son enfant. Elle s’éloigna tranquillement avant de s’exclamer : « Albus! Tu es VRAIMENT malade. Cette potion était peut-être un miracle de la vie aussi! » La benjamine des Potter rit un peu dans sa barbe ne croyant pas vraiment aux miracles et trouvant sa réflexion plutôt marrante.

Puis, Lily remarqua une tape sur l’épaule, une tape d’encouragement de la part de James à Albus. Wow, c’était un bon spectacle après tout. Du presque jamais vu! « T’aurais du prendre une photo Al’ ! J’aurais payé pour voir sa tête ! Bravo petit frère, je suis fier de toi ! D’ailleurs, mon prochain coup lui sera destiné. Qui sait ? Deux en peu de temps, peut-être qu’il l’aura sa crise cardiaque. » Elle devait bien s’en douter. Ses deux aînés masculins ne s’entendaient que trop bien sur un sujet qui ne touchait pas Lily : les bêtises, les mauvais coups. Mini-Potter ne voyait pas l’intérêt de toujours foutre le trouble. Au fond, elle voyait ça comme un sérieux manque d’attention, d’un besoin intense d’être remarqué, peu importe le prix à payer. Lily n’avait rien à prouver à rien ni personne. Elle ne voulait pas qu’on la dérange, alors elle ne dérangeait pas… Voilà comment elle voyait les choses. Elle se contentât toutefois de remuer la tête à la négative et de lever les yeux en l’air. De vrais gamins. Et c’était censé être elle la gamine de la bande. C’était bien le monde à l’envers pour ça.

Ce séjour à l’infirmerie n’était peut-être pas si mauvais que ça après tout. Ça faisait du bien à Lily de voir ses frères se soutenir. Même si ce n’était pas pour les bonnes raisons aux yeux de la jeune cinquième année.

« Mais non il est pas si malade ! Le prof l’a sauvé avant de faire sa crise cardiaque. » Des yeux en l’air. Encore des yeux en l’air pour Lily. C’était rendu un geste trop fréquent pour Lily. Elle avait tout le temps les yeux en l’air quand elle était avec ses frères. « Au fait Lily, je te remercie de t’inquiéter pour ma relation avec Juliet mais tu devrais éviter de t’en mêler, je pense que s’il y a quelqu’un qui sait ce qu’il a affaire, c’est moi. » Outch. La dernière chose qu’elle s’attendait de recevoir de la part de James, c’était une réplique de ce genre. Elle avait déjà presque oublié sa gaffe et il ramenait le sujet. Lily se sentit soudainement mal à l’aise. C’était si rare qu’elle ressentait de la culpabilité, car d’habitude, elle pesait ses mots et ne disait pas de conneries blessantes. Elle avait eu tord, mais ce qui était dit ne pouvait pas être repris. Elle assuma les conséquences de ses paroles sans faire de cas. « Rooh ça va Jay, qu'est ce que t'as avec cette fille ? C'est ridicule. » « Merci Albus, mais James a raison d’être en colère. Écoute c’est pas dans mon habitude de me mêler de ce qui ne me regarde pas, et je regrette d’avoir dit ce que j’ai dit. J’aurais pas du. » Lily ne voulait pas faire de cas. Elle aurait pu défendre sa cause et lancer que c’était vrai, qu’il était vraiment maladroit avec Juliet et blabla. Elle ne voulait pas causer le trouble, ça n’aurait servi à rien.

« Bon et sinon, c'est quoi cette histoire ? J'ai pas l'air malade ? Vous pensez que je suis du genre à simuler pour rater mon cours de botanique ? J'avoue que ce serait mon genre, mais je vous signale que j'ai failli mourir ! Ce serait sympa de me soutenir. » « Et bien si on te soutenait pas, on ne serait pas ici Albus, et puis je te demande ça parce que tes blessures ne se voient pas physiquement. Je sais bien de toute façon que tu ne nous aurais pas menti sur ton état. Du moins, je l’espère. » Lily regarda Albus comme si elle le menaçait de ne jamais lui mentir. Puis ses traits s’adoucir. « Et pour te répondre Lily, ma tête va exploser d'un moment à l'autre. L'infirmière m'a donné une potion dégueulasse et elle m'a dit que les autres effets apparaitront plus tard. Alors... j'en sais rien. Elle m'a dit que mon visage va jaunir, mes dents et mes cheveux vont tomber. Mes yeux vont changer de couleur. Et je risque de tomber dans les pommes et de vomir mes tripes. » Silence. C’était moche ça. Lily écarquilla les yeux. C’était vraiment moche. « Non, je plaisante, me regarder pas comme ça ! Je risque d'avoir des maux de tête, de vomir un peu... d'avoir quelques difficultés à me concentrer, de me fatiguer plus rapidement... enfin bref, toute une liste mais ça ne durera pas plus d'une semaine si je prends bien les potions qu'elle me donne. Pour l'instant, ça va... à part le mal de tête. » Les épaules de la jeune Potter se décontractèrent. « Tu vois, je ne peux pas évaluer des maux de tête ou de cœur. Je ne suis pas magicienne… euh, ben oui, mais je ne peux pas voir ça, les mots intérieurs… du moins, pas involontairement… enfin, je me tais avant de dire d’autres sottises. » Lily se tut, découragée par elle-même. Elle secoua la tête et sourit aux hommes de sa vie.

Je suis vachement désolée pour l'attente et pour la médiocrité de ce poste, pardonnez-moi !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « je vais bien, ne t'en fais pas. » → JAMES&LILY POTTER.   

Revenir en haut Aller en bas
 
« je vais bien, ne t'en fais pas. » → JAMES&LILY POTTER.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je vais bien, inutile de paniquer [Hot ?]
» Fan surtout d'Atari ST ! Mais je vais bien, ne vous en faites pas
» Je fais le mal même ou il y a le bien.[Écrasé]
» Honte à moi je fais une commande ..... *pars se flageller*
» 7DTD - Tuto pour bien débuter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HOGWARTS :: THIRD FLOOR :: INFIRMERIE-
Sauter vers: