FRED&DAHLIA ❝ beautiful dahlia.




 
NOUVEAU DESIGN + d'infos ici ♥
GRAND TRI par rapport au rescencement et au trop-pleins de membres inactifs.
Si vous avez été supprimé par erreur vos fiches ne sont pas supprimés, ré-inscrivez !
Les maisons Serdaigles et Serpentards sont a privilégier !

Partagez | 
 

 FRED&DAHLIA ❝ beautiful dahlia.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Frederic Milo Weasley

HUFFLEPUFF ⚡ huitième année


avatar

⚡ PAPERS : 184
⚡ POINTS : 13
⚡ ICI DEPUIS : 27/06/2011

MessageSujet: FRED&DAHLIA ❝ beautiful dahlia.   Sam 2 Juil - 22:38




beautiful dahlia


Aux premières lueurs du jour, le soleil se montra enfin à travers les cieux et les quelques nuages qui les couvraient. Un filet de lumière vint se heurter contre mon visage endormi. J'ouvrais mes yeux et cette aura lumineuse sembla un instant me brûler les yeux. Mon bras vint instantanément cacher mon visage. Je parlais dans ma barbe, râlant quelque chose que mes camarades de dortoir ne semblaient guère avoir entendu. Inutile de vous dire que la raison pour laquelle je pestais était qu'il était l'heure de se lever. Et comme tout paresseux qui se respecte, je ressentais une envie de rester clouer à mon lit toute la journée. Je retirais lentement mon bras de mon visage puis me redressa subitement. J'étais maintenant au bord de mon petit lit douillet que j'allais malgré tout devoir quitter. Je me senti soudain stupide, là, en caleçon au bord du lit. J'enfilais donc un pantalon et je me vêtis d'un t-shirt gris neutre. Je tournais la tête pour regarder par la fenêtre et je constatais que le temps était pluvieux à souhait. Il ne manquait plus que ça. Cette nuit là je n'avais guère réussi à trouver le sommeil. Sans savoir réellement pourquoi, j'étais en proie à des insomnies depuis un certain temps. Je pris courage à deux mains et me leva, après avoir fait un effort surhumain. Je saluais quelques camarades de dortoir par-ci par là puis je m'en allais empruntant un des innombrables escaliers de Poudlard. Je me dirigeais maintenant vers la salle commune des Pouffsoufle qui était si silencieuse, à vous glacer le sang ! J'étais tout seul dans la salle et je me senti soudain seul, très seul. Moi qui pensais pouvoir discuter avec d'autres élèves, c'était raté. Quelle bande de surdoués. La plupart des Pouffsoufles était en effet des grosses têtes, qui bossaient comme des forcenés. Pour ma part, j'avais décidé cette année de ne plus jouer au cancre, mais de travailler plus sérieusement. Après avoir obtenu comme il se doit mes A.S.P.I.C.S, j'avais choisi la spécialisation en Défense contre les forces du mal. Quelle joie de travailler une matière aussi intéressante ! Je suis un fervent adorateur de cette matière. C'est sans compter la présence du professeur de Défense contre les forces du mal le plus réputé en la matière, j'ai nommé Monsieur Evans. Je crois qu'il n'y a que dans ses cours que je ne ressens pas un ennui mortel. Étant donné que cette année, je suis majoritairement en classe avec ce professeur, je nage comme un poisson dans l'océan. Quelle joie de pouvoir venir en cours en se disant, je vais apprendre quelque chose aujourd'hui ! Je me dirigeais donc vers la salle de Défense contre les forces du mal pour assister, de nouveau, à un cours magistral de Monsieur Evans, qui devait sans doute être le seul prof pour qui j'avais du respect. De plus, ses méthodes de travail étaient plutôt remarquables, du moins à mes yeux.

Après deux heures passionnantes de cours, je quittais la classe avec Dorian, mon ami de toujours qui marchait à mes côtés. Il me taquina en me disant que j'avais eut l'air sérieux aujourd'hui, pour une fois. Cette remarque m'amusa terriblement. Il est vrai que j'avais été un vrai petit farceur les années précédentes. Avec Dorian, on avait fait toutes les bêtises les plus stupides et inimaginables et on se retrouvait souvent chez Miss Pickleweed, notre chère et tendre directrice qui ne se gênait pas pour nous sermonner. Le plus drôle c'est que Dorian est le cousin de Miss Pickleweed mais, malgré tout, il continuait de faire des farces aussi bien aux profs qu'aux élèves. Cette année, nous avons décidé de nous calmer et de nous concentrer un peu plus à nos études. Ce serait drôle que Miss Pickleweed nous remettre une médaille pour bonne conduite non ? Avec Dorian, on discutait sans arrêt, si bien qu'on ne remarqua même pas le groupe de Serpentard qui se trouvait face à nous dans le couloir. Et c'est avec stupéfaction que je me trouvai nez à nez avec Adam Blackwood. Ce cher Adam était mon pire ennemi et s'il y avait bien quelque chose que je détestais par-dessus tout c'était de me retrouver face à lui. De plus, celui-ci s'amusait souvent à malmener mon ami Dorian ce que je ne supportais pas. Je décidai de tenter une parade pour que celui-ci veuille bien nous laisser passer.[/font]

« Hé Blackwood. Aurais-tu la gentillesse de nous laisser passer ? »

« Weasley, encore toi, il faut croire qu’on se retrouve souvent, ironique n’est-ce pas ? Oh et je vois que tu as amené toutou Pickleweed avec toi ! »

Je ne comprenais pas pourquoi l'ont causaient avec lui, on aurait déjà du contourner le groupe de Serpentard pour s'en aller. Pourquoi on restait planté là bon sang ?! Dorian eut soudain une réaction qu'il n'aurait pas dû avoir, après avoir reçu l'insulte de ce crétin de Blackwood. Dorian n'était pas du genre à garder son sang-froid, ce qui souvent lui avait fait défaut. Sans même réfléchir aux conséquences, il s'élance devant moi à la vitesse d'une fusée avant de balancer un crochet du droit qui percuta le ventre d'Adam qui tomba à genou sur le sol tout en toussant bruyamment. Les Serpentards, derrière lui, ne bronchaient pas et se contentaient d'observer, sauf un ou plutôt une, sa soeur, Dahlia que j'avais déjà dû croiser plus d'une fois mais, qui n'était pas à mes yeux quelqu'un de potentiellement dangereux comme son frère. Elle aida son frère à se relever tout en hurlant à Dorian qu'il était je cite « complètement cinglé » ce qui était pour ainsi dire bien le cas. Un « Dorian espèce d'abruti ! » résonnait dans ma tête, comme un écho sans fin. La réaction d'Adam fût d'une violence à couper le souffle. Il fonça sur Dorian comme un taureau en rut et l'attrapa par le col de sa chemise avant de lui balancer son poing dans le nez. Le sang gicla du nez de Dorian est tâcha le sol de rouge. Dorian tomba sur par terre sur son postérieur avant de mettre sa main à son nez, duquel beaucoup de sang s'écoulait. Moi j'accourais vers Dorian, un peu inquiet tout de même et lui demandais si ça allait. Il me répondit que oui avec le sourire, comme si s'en prendre plein la tête lui plaisait.

« Aller viens Dorian, ne restons pas là, cette histoire va encore mal finir. »

Puis je me tournais vers Adam.

« Très malin Blackwood. Je t’aurais cru plus mature que ça. Mais, non, il a fallu que tu en fasses de même. »

« Ferme là Weasley ! », hurla-il, avant de me balancer son poing vengeur tout droit dans ma figure.

Je m'écroulais sur le sol comme projeté par une onde de choc. J'étais légèrement étourdi mais toujours conscient. Le coup m'avait pris par surprise, je ne m'y étais pas attendu. Je me redressais et il me semblait voir Dahlia dire quelque chose à son frère. Mais j'étais trop sonné par le coup pour pouvoir lire sur ses lèvres. Mais je voyais son si beau visage, ses yeux perçant comme le jour, les belles courbes de son corps qui semblait être si léger. Lorsque j'étais revenu à moi, nos yeux se croisèrent instantanément, comme deux missiles téléguidés lancé l'un contre l'autre. Un sourire sembla se dessiner sur ses lèvres, à moins que ce ne soit le simple fruit de mon imagination débordante. Je la fixais droit dans les yeux, comme si ceux-ci m'hypnotisait puis je reviens à la réalité. J'allais passer un sale quart d'heure. Adam m'avait toujours haïs, même plus que Dorian. Il me regardait avec pitié. Cela faisait longtemps qu'il rêvait de me casser la gueule et m'étais offert à lui sur un plateau d'argent. La cerise sur le gâteau c'est moi qui vous le dis ! Étrangement, comme pour ignorer la déferlante de coups qui allaient bientôt s'abattre sur moi, je plantais encore une fois mes yeux dans ceux de Dahlia. C'est marrant quand j'y pense mais, son prénom lui va si bien, car, Dahlia, c'est le nom d'une fleur magnifique...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dahlia A. Blackwood
ACIDEEN ♕ I'll never say goodbye to you.

avatar

⚡ PAPERS : 164
⚡ POINTS : 17
⚡ ICI DEPUIS : 30/06/2011
⚡ AGE : 20

MessageSujet: Re: FRED&DAHLIA ❝ beautiful dahlia.   Dim 3 Juil - 19:34


Cela n’était un secret pour personne, se lever le matin était un véritable calvaire. Les premières lueurs du jour illuminaient à peine le dortoir que Dahlia était déjà réveillée. Bien qu’elle semblait endormie, sa respiration longue et posée soulevait doucement sa poitrine, ses yeux mi-clos baignaient dans la lumière matinale. Laissant échapper un grognement lorsqu’une de ses camardes de dortoirs vint lui pincer le nez, Dahlia ouvrit les yeux pour découvrir le visage pâle et ensommeillé d’une autre sixième année. Dahlia enfila rapidement un jean et un top en coton, puis passa sa robe de sorcier par-dessus. Après avoir toutes deux noué leur cravate vert et argent, elles descendirent vers leur salle commune sans dire un mot, leur humeur était semblable, c'est-à-dire : exécrable. Elles y retrouvèrent Adam, le frère jumeau de Dahlia ainsi que d’autres Serpentards. Aucun mot n’avait été prononcé et l’ambiance était plus que tendue. Après avoir rapidement préparé ses affaires, Dahlia se hâta vers la Grande Salle accompagnée d’Adam. Il semblait plongé dans ses pensées, chose qui n’arrivait pas souvent en début de journée. « Puis-je savoir à quoi tu songes, petit frère ? » La voix douce de Dahlia m’extirpa de ses pensées. « A rien. » Elle secoua la tête, l’air désapprobateur. « On pense toujours à quelque chose, je t’avais exposé une explication d’au moins trois-cents mots lorsque nous étions en seconde année. » Elle lui tira la langue tout en s’asseyant à l’un des bancs en bois sombre de la Grande Salle. Elle observa la table des professeurs. Peu de changements avaient eu lieu cette année. Le plus gros avait été le remplacement de McGonagall par la nouvelle proviseur. Une tasse de café noir et deux croissants plus tard, elle se trouvait assise sur un banc en bois assez inconfortable de la salle d’histoire de la magie. Elle se souvint de l’ancien prof, un fantôme très lent et très ennuyeux. Le simple fait de le voir était un somnifère alors l’écouter parler pendant des heures… Rien que d’y penser, elle sentit son esprit se ramollir.

Après deux horribles heures de cours, Dahlia rejoignit Adam à la sortie. « Tu m’as toujours pas dit à quoi tu pensais ce matin. » Il lui lança un regard agacé. « Si je te disais que j’ai oublié tu me croirais ? » Dahlia leva les yeux au ciel et soupira. « Tu connais très bien la réponse. NON. » « Je le savais. » A son tour, il leva les yeux au ciel. « Lorsque vous faites ca, on remarque que vous êtes jumeaux. » déclara un ami d’Adam. « Ferme-là Dylan. » Trancha Dahlia. Ils reprirent leur chemin vers la salle de Défense contre les forces du mal. Le nez en l’air, les yeux rivés sur le plafond, Dahlia comptait les dalles qui le composaient lorsqu’elle se rendit compte que son frère ne marchait plus à ses côtés. Elle fit alors volte-face et se rendit compte que tout le groupe s’était arrêté pour observer quelqu’un se faire casser le nez. Ce quelqu’un n’était autre qu’Adam. Ni une ni deux, Dahlia accourut en voyant son frère à terre. Elle s’agenouilla côté de lui « Ca va ? » Question bête, mais il ne semblait pas atteint trop grièvement, une légère coupure sur la joue mais il se massait le ventre. « Ok pas la peine de répondre. » Elle se redressa et lança un regard noir au Poufsouffle qui l’observait ; c’était le filleul de la nouvelle directrice et Dahlia plongea ses yeux dans celui du Poufsouffle qui avait osé s’en prendre à son frère. « Quel imbécile. » Elle aurait aimé dire quelque chose de plus long. Ce qui lui venait en tête à l’instant présent était que si l’imbécile heureux qui avait frappé son frangin essayait à nouveau, elle te ferait bouffer ses yeux par les trous de nez et elle en profiterait pour jouer au bowling avec ses jambes et ses parties génitales. Elle reporta son attention sur Adam qui s’était relevé et fonçait déjà réclamer vengeance. Dahlia ferma les yeux à peine quelques secondes et déjà Dorian se trouvait à terre, assis, la main sur son nez, le sol taché de sang. C’est alors qu’elle remarqua la présence de son ami, il devait avoir le même âge que cet imbécile mais ne semblait pas aussi bête. C’était Frederic Weasley. Pour la première fois depuis le début de l’altercation, il ouvrit la bouche. « Aller viens Dorian, ne restons pas la, cette histoire va mal se finir. » Etrangement elle était d’accord avec lui. Adam allait avoir des problèmes, Dorian aussi. Mais il fit quelque chose de pas très recommandé. Il regarda Adam et déclara « Très malin Blackwood. Je t’aurais cru plus mature que ça. Mais, non, il a fallu que tu en fasses de même. » Pas faux à vrai dire, mais Adam n’aimait pas recevoir de critiques, surtout pas de Poufsouffle, bien qu’il soit plus âgé que lui. « Ferme-là Weasley ! » Effectivement, ce jeune homme portait bien le célèbre nom de Weasley. Que faisait-il chez les blaireaux ? Il aurait du être à Gryffondor non ? Ni une ni deux, Adam chargea à nouveau, percutant l’individu de plein fouet. Quelque chose chez ce Weasley m’attirait. Peut être son côté indéniablement sauveur ? Son sourire ou son courage. A vrai dire il était plutôt mignon mais pour l’heure, il était affalé sur le sol, avec le frère de Dahlia qui allait lui casser la figure si elle n’intervenait pas. Elle s’approcha d’Adam et s’accroupit à ses côtés. « Hé oh, calme-toi un peu tu finiras par avoir des ennuis. » Il la regarda dans les yeux et ouvrit la bouche pour répliquer quelque chose mais elle fut plus rapide. « Pour la première fois de ta vie, Adam Blackwood, écoute ta petite sœur chérie et va en cours. » Elle avait haussé le ton sans cesser de murmurer. Le groupe de Serpentards n’avaient rien entendu, excepté Dylan qui était assez proche pour entendre Dahlia. De toute façon, il les connaissait si bien qu’il ‘n’avait pas besoin d’entendre. Après avoir regardé Adam se relever et lui tourner le dos, elle regarda Weasley reprendre ses esprits. Elle se releva et s’éloigna. Mais un gémissement l’alerta. Elle tourna la tête pour regarder vers le Poufsouffle qui l’observait. Et la… Décharge. Ses yeux marron s’étaient plongés dans ceux, océans, de Dahlia. Elle sentit les battements de son cœur s’accélérer, ses joues virèrent au rouge et elle ne pu s’empêcher de lui sourire, sans détacher ses yeux de ceux de Fed. Adam posa sa main sur l’épaule de sa sœur et l’entraina vers les escaliers. Elle lança un regard désolé au jeune homme et suivit son frère regardait le pauvre Weasley avec pitié.


Dernière édition par Dahlia A. Blackwood le Dim 10 Juil - 19:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://virtual-box.forumgratuit.org/
Frederic Milo Weasley

HUFFLEPUFF ⚡ huitième année


avatar

⚡ PAPERS : 184
⚡ POINTS : 13
⚡ ICI DEPUIS : 27/06/2011

MessageSujet: Re: FRED&DAHLIA ❝ beautiful dahlia.   Sam 9 Juil - 14:51

J'avais été littéralement assommé par la pluie de coups qui s'étaient abattus sur moi, tel un éboulement. Je ne voyais plus rien, non plus rien, si ce n'est les yeux brillants et resplendissants de Dahlia qui semblait me regarder avec inquiétude. Une douleur indescriptible me parcourait le corps. J'avais le nez qui saignait abondamment, sans doute un imposant œil au beurre noir puisque ma vision semblait trouble d'un seul œil. Et enfin j'avais mal au niveau de l'abdomen. Ce crétin d'Adam m'avais vraiment taillé en pièce et je peinais à me relever. Je pensais me prendre de nouveau dans la figure un des poings vengeurs qui m'avaient salement amoché. Mais, la voix de Dahlia se fit enfin entendre et mon passage à tabac toucha à sa fin. Elle lui dit avec la plus grande des simplicités de se calmer et que s'il continuait il aurait de sérieux ennuie. Après la raclée que je venais de prendre et ce sans raison apparente, je ne pense pas qu'il risquerait quoi que ce soit, à part peut être de faire perdre inutilement des points à sa maison pour « violence dans les couloirs » et Miss Pickleweed ne se gênerais certainement pas non plus pour me coller un avertissement qui viendrait rejoindre ma collection, que je sois ou non le déclencheur de cette bagarre. Après tout je m'en foutais un peu, ce n'était pas la première fois qu'Adam me refaisait le portrait. Je n'ai pourtant jamais porté plainte contre lui. Quel intérêt j'aurais à le faire ? Je ne suis pas un lâche, non, si je dois me faire casser la figure, alors je me ferais casser la figure. Je crois qu'Adam est le pire de mes adversaires. Mais, je suis sûr quand usant de ma baguette, je le terrasserais sans problème. Mais, cette idée ne me traversait jamais l'esprit. Utiliser sa baguette dans les couloirs, il faudrait être complètement inconscient !

La douce voix de Dahlia sembla soudain m'inonder et je n'entendais plus qu'elle, rien ni personne d'autre. Je semblais être complètement hypnotisé par sa beauté, par son regard d'une beauté sans pareille. Je sortis de ma léthargie et j'aperçus Adam se lever et s'en aller au loin. À ma grande déception, Dahlia se retourna aussi, mais, mon regard était toujours dirigé vers elle. Puis, celle-ci, à ma grande surprise, se retourna. Nos yeux se croisèrent soudain de nouveau mais, cette fois plus intensément. Tellement intensément que Dahlia ne pouvait pas s'empêcher de rougir et de me sourire timidement. Je lui rendis le sourire, malgré la douleur qui me tiraillait tout le long de mon corps. Nos yeux restèrent plantés l'un dans l'autre, comme des aimants s'attirant mutuellement entre eux. Mais ce magnifique instant de contemplation toucha à sa fin lorsqu'Adam posa une de ses mains sur une des épaules de Dahlia, pour l'inciter à le suivre. Dahlia sembla se résigner à partir et me lança un dernier regard avant de me tourner le dos et de s'en aller au loin. Avec un effort surhumain, je parvins à me relever sans trop d'encombres. Dorian s'approcha de moi et me demanda si j'allais bien. Je mentis et lui répondit que ça allait, ce qui était loin d'être le cas. Dorian avait agi comme un idiot mais, je ne voulais pas lui dire. Ce qui est fait, on ne peut pas retourner en arrière.

« Aller viens Dorian, direction l’infirmerie ! », dis-je le sourire aux lèvres, malgré tout.

Le lendemain, je m'éveillais avec une douleur amoindrie mais toutefois toujours bien présente. Les soins prodigués par l'infirmière n'avaient pas suffi à faire disparaître ma douleur dans l'abdomen. Mais, peu importe, je me sentais quand même beaucoup mieux que la veille. Après mettre habillé je sortais donc du dortoir pour me diriger de nouveau vers la salle de Défense contre les forces du mal, pour de nouveau assister à un cours de Monsieur Evans. Plus tard, vers le début de l'après-midi je marchais lentement dans les couloirs comme une âme en peine. Je repensais à Dahlia. En réalité, mes pensées étaient sans cesse tournées vers elle. Je ne comprenais pas bien pourquoi. Quoique que penser à elle ne me déplaise pas du tout, au contraire. Je quittais le château histoire d'aller me dégourdir les jambes. J'empruntais le long escalier qui descendait dans la plaine. Je décidais de m'asseoir à un endroit quelque conque, sur les marches de ce même escalier. J'aperçus l'espèce de cabane qui semblait plutôt abîmée par le temps. À quoi avait-elle servie dans le passé, je n'en avait aucune idée. Seul le petit potager demeurait là, constitué majoritairement de citrouilles. À côté on pouvait apercevoir la forêt interdite. J'étais dans mes pensées, j'étais comme absent. Le vent soufflait contre mon visage et me revigorai. Je me sentais plutôt bien. Je fusse subitement réveillé de mon insomnie lorsque que j'entendis quelqu'un qui descendait les marches derrière moi. Puis, plus un bruit. Je me retournais alors pour voir de qui il s'agissait et avec stupéfaction, ce fût Dahlia que j'aperçus. Nos regards se croisèrent de nouveau et cette fois-ci, ce furent mes joues qui se tintèrent de rouges. J'étais d'ailleurs un peu gêné qu'elle me voit ainsi.

« Ah… Euh... Bonjour Dahlia. »

J'avais pitié de moi, je me sentais soudain si faible face à elle, face à ses beaux yeux qui plongeaient dans les miens. Je posais ma main sur la marche où je me trouvais, pour l'inciter à s'asseoir et à ne pas rester debout.

« Je t’en prie, assis toi si tu veux. », dis-je. Puis, j’enchaînais : « Au fait je… Je te remercie pour hier, c’était très gentil de ta part. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dahlia A. Blackwood
ACIDEEN ♕ I'll never say goodbye to you.

avatar

⚡ PAPERS : 164
⚡ POINTS : 17
⚡ ICI DEPUIS : 30/06/2011
⚡ AGE : 20

MessageSujet: Re: FRED&DAHLIA ❝ beautiful dahlia.   Dim 10 Juil - 19:19




Après avoir quitté Fred ce matin-là, Dahlia ne put s’empêcher de garder l’image du jeune homme a l’esprit, ses beaux cheveux marron, de la même teinte que ses prunelles. Elle soupira alors que Dylan l’observait. « Qu’est ce qu’il y a encore ? » Dahlia sentit ses joues virer au rouge, son esprit devenir confus. Elle ne pensait pas avoir soupiré assez fort pour que quelqu’un l’entende. Enfin bon, Dylan entendait toujours tout… Elle le regarda « Je comprends rien à cet exercice. Tu comprends quelque chose toi ? » Il la regarda, moqueur. « Tu crois que ca va me suffire comme excuse ? » Elle lui lança un regard glacial et se détourna pour replonger dans ses pensées. Dylan la connaissait trop bien, et le fils Weasley la troublait, réellement.

Tu cours, tu cours dans un couloir sans fond, un couloir étroit qui pars sur des kilomètres dans la même direction, mais sans fin. Tu cours, tu sens ton souffle s’échapper de tes poumons petit à petit, de telle façon que tu te retrouves bientôt pliée en deux sans pouvoir respirer convenablement. Tu fermes les yeux et te mets à implorer le ciel de t’aider. Mais aucune réponse. Tu recommences à courir, il fait noir, ta claustrophobie commence à te jouer des tours, ta tête commence à tourner. Mais tu apperçois quelque chose, une silhouette qui se dessine au loin. Tu accélères pour l’atteindre. Il se trouve que c’est ton frère. En temps normal tu aurais été heureuse qu’il soit venu te sauver mais là… Il pointe un doigt accusateur vers toi. Tu t’arrêtes a quelques mètres de lui, fais volte-face. Derrière toi se trouve un visage, son visage, si doux, ses yeux marron qui te fixent avec insistance. Tu te sens fondre sous les battements de ton cœur. Tu commences à t’avancer vers le jeune homme, Fred, ton Fred. Tu entends alors au loin ton frère t’appeler… Dahlia…

« ADAAAAM ! ». Dahlia se redressa en sueur, il semblait qu’elle avait bien réveillé toutes ses camarades de dortoir qui émargeaient de leur sommeil doucement. Sans s’excuser, sans même leur lancer un regard, elle descendit vers la salle commune, il devait être quatre heures du matin et elle était déserte. Dahlia s’assit sur un des fauteuils devant la cheminée et se recroquevilla sur elle-même. Elle entendit alors des pas venir de la gauche. C’était quelqu’un, un garçon, qui descendait. Elle ne tourna pas la tête pour voir qui c’était, ces effluves de romarin qui entraient dans ses narines lui indiquèrent qu’Adam était tout proche. Depuis touts petits, lorsque l’un des deux était réveillé, l’autre se réveillait également. Leur lien fraternel était très fort et ils le prouvaient à chaque fois qu’ils le pouvaient. Il s’assit sur l’accoudoir du fauteuil et prit sa sœur dans ses bras. « Je t’abandonnerais pas petite sœur… » Elle se blottit contre son torse et se rendormit.

Après avoir assisté a deux cours dans la matinée, Dahlia rejoignis la Grand Salle où elle s’assit avec ses amis. Dylan continuait de l’observer bizarrement comme s’il avait deviné les troubles qui habitaient la jeune fille depuis quelques temps. Il l’avait toujours bien comprise, comme s’il pouvait lire dans ses pensées, mais il était loin de posséder une telle capacité. Il était juste empathique. Elle se tut durant la quasi-totalité du repas. Adam parlait bien pour deux. Mais à la fin du déjeuner, ses pensées n’avaient toujours pas été déviées. Elle ne pensait plus qu’à ce Weasley depuis son rêve. Elle se retourna et regarda vers la table des Poufsouffle. Il semblait aussi dérangé qu’elle. Il ne semblait pas beaucoup parlé, lui qui avait la réputation d’être plutôt bavard, elle n’était donc pas la seule personne troublée. Elle décida de le suivre une fois le repas achevé.

Il se dirigea vers la forêt interdite, se faisant toute petite derrière son sillage, Dahlia le suivit, le vent ébouriffant leurs cheveux, elle put sentir son doux parfum de transpiration, odeur émanant de ses aisselles citronnier. Il se dirigea vers une vieille cabane qui, autrefois, devait abriter bien des mystères. A présent elle tombait en ruine et la seule partie encore entretenue était le potager ou l’on pouvait apercevoir des citrouilles ou des potirons. A quelques pas se trouvait la forêt interdite. Il y avait comme un charme qui attirait quiconque se trouvait tout près et qui l’obligeait presque a entrer dans ses profondeurs sombres et sans fin, Dahlia repensa au couloir étroit et tressaillit. Fred s’était assit sur les marches de la petite maison et ferma les yeux. Il semblait exténué, il semblait qu’Adam l’ai vraiment amoché. Marchant sur une branche, Dahlia se fit entendre. Il se retourna aussitôt et lui sourit. Elle lui rendit un regard amusé et lui sourit à son tour. « Ah… Euh… Bonjour Dahlia » Lui rendant son salut, Dahlia s’approcha de lui sans cesser de sourire. Ses yeux plongèrent dans ceux de Fred sans qu’elle ne le veuille et elle se perdit presque dans l’abîme profond de ses prunelles. « Je t’en prie, assis toi si tu veux. Au fait je… Je te remercie pour hier, c’était très gentil de ta part. » Elle se sentit rougir. Il était vrai qu’il n’était pas dans ses habitudes de défendre les victimes de son frère mais il y avait quelque chose chez ce garçon la qui la tourmentait. « Ce n’était rien, c’est normal. » Pas vraiment mais elle était vraiment confuse, on ne lui avait jamais parlé comme ca, avec si peu d’assurance. Cela lui plaisait, il fallait l’avouer. Elle lui sourit. « Dis-moi, tu fais quoi là, tout seul ? » Elle regretta immédiatement d’avoir dit une chose pareille et rougit à nouveau. Comme à son habitude, elle replaça une mèche derrière son oreille et se mordit la lèvre inférieure ; « Heum… Désolée ce me regarde pas. »


Dernière édition par Dahlia A. Blackwood le Lun 11 Juil - 13:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://virtual-box.forumgratuit.org/
Frederic Milo Weasley

HUFFLEPUFF ⚡ huitième année


avatar

⚡ PAPERS : 184
⚡ POINTS : 13
⚡ ICI DEPUIS : 27/06/2011

MessageSujet: Re: FRED&DAHLIA ❝ beautiful dahlia.   Lun 11 Juil - 11:31



Je l'avais rêvé et j'étais maintenant bel et bien seul avec elle. Je me demandais si ce jour arriverait, car avec ces crétins qui traînaient avec elle, c'était presque impossible. Je n'étais pas très à l'aise mais, dans le fond, je m'en fichais. Je ne voulais toutefois pas la décevoir, je voulais être à la hauteur. J'étais hypnotisé par l'abîme de ses yeux et en les croisant, je ne pouvais m'empêcher de rougir. Mais, je ne lâchais pas prise, je laissais mes yeux se planter dans les siens, comme aimanté par leur beauté. Ces-yeux là dans lesquelles j'aurais presque plongé tant je m'y noyais. Dahlia s'asseyait soudain prêt de moi et je remarquais que ses joues se teintaient également de rouge. Elle me répondit ensuite que ce n'était rien que c'était normal. Normal ? Quand on sait que les Poussoufle et les Serpentards ne s'apprécient guère, il est dur de croire en cette éventualité. Mais Dahlia n'est pas comme les autres, je pense qu'elle se fiche éperdument de cette querelle stupide entre nos deux maisons. Elle se démarque des autres, par son calme, voire peut être par une certaine sagesse qu'elle m'inspire. Les autres, ils sont tous incorrigibles. Heureusement, Dahlia est une exception, ce n’est pas pour rien que c’est la seule fille de Serpentard que j’ai remarqué. Elle ne m’inspire pas la haine comme les autres, non, elle, c’est autre chose, mais quoi ? Je ne le savais pas moi-même. Mais pourtant, j’étais là près d’elle et mon cœur semblait battre dans mon cœur. Pourquoi ? Je ne comprenais pas, pas encore du moins.

Elle me demandait de sa douce et tendre voix ce que je faisais tout seul ici, sur ces marches. Puis elle se corrigea intensément, comme si elle venait de blasphémer, de dire quelque chose d’interdit. Elle s’excusa donc aussitôt. Mais que pouvais-je lui répondre, je ne savais plus, j’étais comme soudain paralysé. Je ne trouvais pas mes mots. Je me sentais alors véritablement ridicule. Après mûre réflexion, moi-même, je ne savais pas ce que j’étais venu faire ici. Je crois que si j’étais là, c’était uniquement pour faire le vide dans ma tête, pour laisser mes pensées aller vers elle, Dahlia, cette fleur magnifique qui s’était subitement ouverte à moi, après tant de silences, après tant de regards, après tant de distance. Mais, maintenant qu’elle était là, ses yeux plantés dans les miens, la raison de ma présence en ce lieu n’existait plus. Mais je me risquais tout de même à lui dire la vérité, du moins pas entièrement.

« En réalité, je n’arrêtais pas de repenser à ce qui m’est arrivé hier et surtout à ton intervention. Sans toi, je serais sans doutes allé à l’hôpital et non pas à l’infirmerie. Merci encore Dahlia. En fait, j’avais juste besoin d’être seul alors je suis descendu ici. Mais, ne crois pas que tu me déranges, non pas du tout. Je suis même plutôt ravi que tu sois là. »

J’avais résisté à la tentation de lui dire directement que c’était à elle que je n’arrêtais pas de penser et que ce qui c’était passé n’était que secondaire dans les méandres de mon esprit. Avais-je agit par timidité ? Non, je ne crois pas, mais, je me disais au fond de moi que ce n’était pas une bonne idée de lui dire, alors que nous nous connaissions à peine. Elle me regardait avec attention, comme si j’étais en train de prononcer un discours important. J’étais en pleine réflexion intérieure pour trouver quoi lui dire d’autre. J’étais comme déstabilisé par cette fille sans savoir pourquoi. D’habitude, j’étais plutôt du genre à être à l’aise avec les filles mais, là, les choses étaient différentes. Et je m’agaçais moi-même d’être aussi coincé, d’être aussi lent à la détente.

« Et toi... Dahlia… Dis-moi. Que tu fais-tu ici ? Tu avais besoin d’être seule toi aussi ? »

Je me trouvais stupide de poser cette question. Après tout, je me fichais de la raison pour laquelle elle se trouvait ici. C’était réellement ce que je désirais : la revoir, me replonger dans ses yeux profonds. Mais, c’était la première fois que je lui parlais. Depuis maintenant plusieurs semaines, on ne pouvait se lancer que des regards, se sourire l’un à l’autre mais, cela n’allait pas plus loin. Nous étions des inconnus. Et nous avions enfin l’opportunité de faire connaissance. Je ne devais surtout pas gâcher ce moment. Car je savais que son frère était plutôt protecteur envers sa sœur et que s’il apprenait que je voyais sa sœur, je finirais de nouveau mal en point. Mais, qu’importe, je prendrais des risques si je peux, de cette manière, passer du temps avec elle et apprendre à la connaître, peu à peu. Je voyais aussi qu’elle était hésitante, qu’elle avait du mal à trouver ses mots. Mais, je n’étais pas pressé, je lui souriais tendrement en attendant qu’elle trouve quoi me répondre. J’avais tout mon temps.

En attendant je regardais ses yeux avec insistance, sans retirer à aucun moment mon regard ténébreux du sien. Je ne pouvais pas, quelque chose m'en empêchais, mais quoi ? Pourquoi cette fille avait-elle un effet pareil sur moi ? Je n'avais jamais ressenti une aussi immense timidité. Sa présence me déstabilisait, non elle nous déstabilisait tous les deux. Je ne sais pas pourquoi nous étions dans un état de stress pareil, c'était vraiment étrange. Cette première discussion était lente, remplie d'hésitation, de doutes et de confusion. Mais, nous étions seul à seul et c'est tout ce qui comptait. Je ne faisais même plus attention au temps qui, passait car pour moi il s'était arrêté. Mon attention ne se portait plus sur rien si ce n'est cette fille aussi mystérieuse qu'envoutante. Non le temps n'avait plus d'existence à cet instant là. J'attendais donc sa réponse tout en continuant à l'observer, à observer chaque ligne de son visage radieux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dahlia A. Blackwood
ACIDEEN ♕ I'll never say goodbye to you.

avatar

⚡ PAPERS : 164
⚡ POINTS : 17
⚡ ICI DEPUIS : 30/06/2011
⚡ AGE : 20

MessageSujet: Re: FRED&DAHLIA ❝ beautiful dahlia.   Lun 11 Juil - 13:43



Qu’est ce qui m’a pris de demander un truc comme ca ? se demanda-t-elle. Elle était si en colère contre elle-même qu’elle se gifla mentalement. Ses joues avaient certainement pris une couleur rouge pivoine et ses ongles n’allaient pas résister très longtemps à ce trop fort état de stress. Pourquoi était-elle stressée d’ailleurs ? Peut être étai-ce le regard de Fréderic, planté dans ses prunelles à elle qui la déstabilisait. Elle qui avait tant l’habitude de marcher la tête baissée se retrouvait avec quelqu’un qui la regardait dans les yeux, la tête haute. Elle n’avait vraiment pas l’habitude de ça et ses vieilles habitudes reprirent le dessus, baissant la tête, gênée, elle se mordit à nouveau la lèvre inférieure. « En réalité, je n’arrêtais pas de repenser à ce qui m’est arrivé hier et surtout à ton intervention. Sans toi, je serais sans doutes allé à l’hôpital et non pas à l’infirmerie. Merci encore Dahlia. En fait, j’avais juste besoin d’être seul alors je suis descendu ici. Mais, ne crois pas que tu me déranges, non pas du tout. Je suis même plutôt ravi que tu sois là. » Lorsqu’Adam était en colère ou ne pouvait pas voir la tête de quelqu’un, il lui faisait sentir. Peut être Fred aurait-il réellement été envoyé à St-Mangouste si elle n’avait pas été là. En temps normal elle ne serait jamais partie à la rescousse d’un Poufsouffle surtout pas contre son propre frère mais ce jeune homme-là avait quelque chose de différent. Elle ne comprenait pas réellement ce qui était en train de se passer, le fait qu’elle pense à lui tout le temps ne l’alertait pas le moins du monde, pour l‘instant. Si elle n’était pas déjà aussi rouge qu’elle pouvait l’être, elle aurait encore rougit et viré au vert mais ce ne fut pas le cas. Elle ne le dérangeait pas. C’était déjà une bonne nouvelle, elle ne put s’empêcher d’être heureuse rien que parce qu’ils étaient là, tous les deux, sans personne pour les déranger, si ce n’est leur extrême timidité maladive.

« Et toi... Dahlia… Dis-moi. Que tu fais-tu ici ? Tu avais besoin d’être seule toi aussi ? » Allait-elle lui répondre qu’elle le suivait ? Surement pas ! Cela aurait certainement mis fin à toute relation positive possible entre eux et, pour on ne savait quelle raison, elle s’y refusait. Etrangement elle tenait au jeune homme alors qu’ils ne se connaissaient pas. Ils s’étaient croisés pour la première fois la veille et elle tenait déjà plus à lui qu’a de nombreux autres élèves qu’elle connaissait depuis six ans. Mais pour le moment son plus gros problème était sa potentielle réponse. Pas un trop gros mensonge qui pourrait se retourner contre elle. Juste au moment ou elle ouvrit la bouche pour répondre, une forte bourrasque de vent ébouriffa ses cheveux qui frôlèrent sa bouche, l’empêchant de parler, comme pour lui dire d’attendre. Elle ne put s’empêcher de rire face à cet affreux signe du destin, il aurait pu trouver quelque chose de plus impressionnant qu’une bourrasque de vent. Ou alors ce n’était pas le destin ? Dans ce cas elle pouvait répondre quelque chose, n’importe quoi… « Je… Hm. Oui on peut dire ca comme ca. » Sa réponse était pitoyable, mais elle n’avait pas trouvé mieux. Finalement elle remit sa tignasse blonde en place en riant, c’était un rire légèrement sec, prouvant sa nervosité. « Je crois que… Les cours vont bientôt recommencer non ? » Elle se re-gifla mentalement, elle ne pouvait décidément pas fermer sa bouche lorsqu’elle était stressée. Il était vrai qu’il était bientôt l’heure de rentrer au château et que s’ils ne se hâtaient pas, ils risquaient de louper le premier quart d’heure de cours. Elle s’en fichait éperdument mais avait quand même tu le dire. Elle soupira, évidemment lorsqu’on était bavarde comme elle… « En fait oublie ce que je viens de dire, on est bien là. » Elle tourna la tête vers Fred et lui sourit, elle n’avait qu’une envie ce moment là, c’était se jeter dans ses bras, fermer les yeux et ne plus réfléchir ; juste penser à lui et elle, ensemble, seuls dans un endroit aussi… Romantique n’était pas le mot… Mais elle se retint, les bonnes manières l’en empêchaient et qui est-ce qui disait qu’il ne la rejetterait pas ? Elle préféra donc rester assise à côté de lui et regarder le ciel. Il était couvert ce jour là, l’automne était déjà bien installée le ciel était grisâtre. Quelle morosité…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://virtual-box.forumgratuit.org/
Frederic Milo Weasley

HUFFLEPUFF ⚡ huitième année


avatar

⚡ PAPERS : 184
⚡ POINTS : 13
⚡ ICI DEPUIS : 27/06/2011

MessageSujet: Re: FRED&DAHLIA ❝ beautiful dahlia.   Mar 12 Juil - 10:41

Dahlia me répondit avec une grande hésitation, qui était parfaitement perceptible au ton de sa voix. Elle avait l'air si nerveux. En effet, je remarquais qu'elle se triturait les ongles machinalement et quelle se mordillait les lèvres avec insistance. Cela m’embarrassait un peu, car il me semblait bien que cette agitation qui l'animait était due à ma présence. J'avais envie de lui dire de ne pas s'en faire, que je ne la mangerais pas, mais préféré ne pas lui dire. Elle me parle soudain des cours en se demandant quand est-ce qu'ils reprendraient. Elle se tripota les ongles de plus belle avant de me dire qu'elle et moi, on était bien là, assis sur notre marche, silencieux, mais plantant nos yeux dans ceux de l'autre, inlassablement. Je ne me lassais pas de contempler son si beau visage et ses yeux bleus azur dans lesquels je me plongeais constamment. Ils étaient si transparents que j'avais l'impression de me refléter dans chacun d'eux, comme s'il s'agissait de miroirs. Moi, mes yeux étaient à l'opposé au niveau de la couleur. Il était plutôt brun foncé, ténébreux même. Comme si nos yeux étaient le jour et la nuit, les ténèbres et la lumière. Quelle ironie n'est-ce pas ? Dahlia se tourna vers moi et un sourire radieux illumina son visage. De tant à autre, on jetait des regards en direction du triste ciel grisâtre de l'automne.

« Oui, c’est vrai, tu as raison Dahlia… On est bien ici. »

Les jours passèrent vite, peut être même un peu trop vite je dois avouer. Dahlia et moi, on se revoyait tous les jours, on parlait de tout et de rien et on commençait même à très bien s'entendre. Et au bout de deux mois, nous nous étions rapprochés l'un de l'autre, bien plus qu'auparavant. Un jour, alors que nous étions ensemble et ce ironiquement au même endroit de notre première rencontre face à face. C'était le soir, plutôt tard et le coucher de soleil n'avais pas tardé à couvrir l'horizon de sa lumière apaisante. Puis en contemplant cette beauté, nous étions restés muet, complètement muet. C'est là que j'ai instinctivement approché ma main de la sienne. Nos doigts se sont heurtés et, non sans rougir, nous nous sommes pris la main. Nous étions restés comme sa main dans la main, l'immensité du ciel s'offrant face à nous, une lumière magnifique qui virait au rouge orangé. Et devant ce spectacle incroyable, nous nous tournions l'un vers l'autre. Nous approchions nos lèvres les unes vers les autres puis, ce fût alors notre premier baiser, tendre et langoureux à la fois. Mon cœur battait si vide que j'avais presque l'impression qu'il allait sortir de ma poitrine. On s'embrassait comme cela encore et encore, ce fût un moment magnifique. J'avais tout oublié, même la beauté du ciel, même le vent qui soufflait sur mon visage. Il n'y avait que Dahlia et personne d'autre. Toute mon attention lui appartenait. Elle avait envahi mon cœur d'amour, elle me rendait plus fort, plus courageux. Il n'y avait pas besoin de mots pour exprimer le bonheur que l'on ressentait à cet instant. Jamais je n'aurais cru que j'aurais un jour été avec elle. Mais, voilà, ce qui dû arriver arriva. Jamais je n'oublierais ce jour, non, jamais...

Quelques jours plus tard, les ennuis commencèrent. Un jour, le frère de Dahlia appris ma relation avec sa sœur et fût vert de rage, ce qui n’allait rien arranger à la querelle opposant les Serpentards aux Pouffsoufle. En effet, ces deux maisons étaient rivale depuis maintenant deux années consécutives. Ils se haïssaient de tout leur être. Ainsi, Dahlia et moi étions vus d’un mauvais œil. Mais, nous on s’en fichait, on s’aimait et c’était tout ce qui comptait. Souvent, j’avais toutefois participé malgré moi à des bagarres entre Serpentards et Pouffsoufle. Et je peux vous dire que ces bagarres étaient assez violentes. Avec Dorian on avait pris des avertissements alors qu’à chaque fois on se faisait agresser malgré nous. On était bien obligé de se défendre non ? Miss Pickleweed n’en pouvais d’ailleurs plus de distribuer des avertissements sans arrêts, voire des renvoi, puisque cette stupide rivalité entres les deux maisons ternissait l’image de Poudlard. Dahlia et moi, on avait peur, on se sentait menacé par tout ça. Bref, c’était une véritable guerre des clans qui s’était engagée entre les deux maisons. Mais, cette violence entre eux finis par s’atténuer ce qui fût un soulagement pour Dahlia et moi.

Toutefois, le frère Dahlia ne supportait pas que sa sœur puisse sortir avec moi. Un jour il vint à ma rencontre dans un couloir puis m’attrapa soudainement par le col de ma chemise. Il me plaqua contre le mur violemment. Je n’avais même pas eut le temps de riposter. Je le regardais avec haine et me demandais pourquoi il venait me malmener aussi subitement ? Mais je compris très vite lorsqu’il m’adressa la parole.

« Weasley ! Je te défends d’approcher ma sœur, est-ce que c’est bien clair ?! »

« Je ne crois pas avoir très bien entendu Blackwood. », déclarai-je, avec ironie.

Je n'aurais peut-être pas dû prononcer ces mots. Cet imbécile me balança sur le sol avec une force incroyable. Bien qu'il soit plus grand et plus fort que moi, je n'allais pas me laisser faire. Je me relevais et je lui fonçais dessus avant de lui administrer une droite bien placée dans sa figure. Puis, Blackwood se releva, me chargea et me frappa au ventre. J'étais en train de suffoquer mais, je repris très vite mon souffle. On se battait tous les deux comme des bêtes, se balançant des coups de poings de droite à gauche, de gauche à droite. Plusieurs fois, il m'avait mis à terre mais, je m'étais relevé de plus belle. Cet affrontement dura au moins une vingtaine de minutes et nous étions tous les deux exténué. Nous nous étions battus comme des diables. À cet instant, Blackwood avait osé sortir sa baguette. Il me tira dessus sans hésitation tout en prononçant un sort et j'avais sauté de justesse pour l'éviter. « Espèce de cinglé ! », pensais-je. Je sortais aussi ma baguette pour lui lancer un sort, mais je n'eus même pas le temps de réagir. Une voix jaillie derrière moi, dans le couloir et un sortilège fila en direction de Blackwood et le heurta de plein de fouet. Lorsque je me retournais pour voir qui avait lancé le sort, j’étais plutôt étonné de voir qu’il s’agissait de Dahlia. Elle venait tout de même de lancer un sortilège à son propre frère ! Mais, j'étais reconnaissant de son geste, après tout elle l'avait dans le seul but de me protéger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dahlia A. Blackwood
ACIDEEN ♕ I'll never say goodbye to you.

avatar

⚡ PAPERS : 164
⚡ POINTS : 17
⚡ ICI DEPUIS : 30/06/2011
⚡ AGE : 20

MessageSujet: Re: FRED&DAHLIA ❝ beautiful dahlia.   Jeu 14 Juil - 14:40



« Oui, c’est vrai, tu as raison Dahlia… On est bien ici. »

Le temps passa si vite, à peine quelques jours après leur première vraie discussion, les deux élèves se retrouvèrent à la cabane, on pouvait dire que c’était leur lieu de rendez-vous pour être à l’écart des regards indiscrets. Leur relation évolua peu à peu et, au fil des jours, Dahlia commença à réellement apprécier le jeune Weasley. Non pas qu’elle ne l’aimait pas avant mais ses sentiments étaient confus, avec Adam et l’éternelle rivalité Serpentard-Poufsouffle, la vie de ces deux là n’était pas simple tous les jours. Leurs retrouvailles se faisaient généralement le week-end ou le jeudi après-midi, lorsqu’ils avaient outs deux une heure de libre avant de retourner en cours. Leur deuxième rencontre s’était, elle aussi déroulée dans le plus grand secret. Ce n’est que lors de leur premier rendez-vous en dehors de leur cabane, alors qu’ils marchaient tous deux dans le parc, en riant que des élèves de Poufsouffles les avaient remarqués. Evidemment, leur relation, qui n’était alors qu’amicale à ce moment là, n’était vraiment pas bien vue, du côté des jaunes comme de celui des verts. Ils étaient au moins d’accord sur quelque chose… Les verts voulaient absolument protéger leur petite Dahlia et les jaunes voulaient garder Fred dans le droit chemin. Lorsqu’ils étaient juste tous les deux, il n’y avait plus de maisons, plus de conflits de pouvoirs, ils n’étaient plus qu’une fille et un garçon…

Un soir, ils se retrouvèrent à leur endroit fétiche, leur cabane, rien qu’à eux. Il était vrai qu’elle était proche de la forêt interdite et que peu d’étudiants osaient y pénétrer. C’est pourquoi ils étaient surs d’être tranquille là-bas. Le temps était frais et le vent soufflait assez fort mais la nature leur offrit la chose la plus romantique qui soit, un beau coucher de soleil. Qui n’avait jamais regardé un de ces films moldus ou les héros s’embrassaient devant un coucher de soleil sur la plage ? Personne, à parement, vous avez tous l’image dans la tête, pas vrai ? Bien, les deux jeunes gens étaient assis sur leur escalier, à regarder le soleil nimber le ciel de ses couleurs chatoyantes lorsque, instinctivement, leurs doigts s’étaient emmêlés. Ils ne savaient pas qui avait esquissé le premier geste, ils l’avaient fait ensemble, dans une harmonie parfaite. Rouges comme dans pivoines, ils s’étaient alors rapprochés l’un de l’autre, et, tout naturellement, leur lèvres étaient entrées en contact. Jamais Dahlia n’oublierait cette sensation délicieuse qu’était leur premier baiser, ca jamais. Leur cœur battant à l’unisson, leurs lèvres épousant parfaitement celles de l’autre, ils s’étaient trouvés. A ce moment là, elle ne vivait plus que pour lui, lui et lui seul, son Poufsouffle à elle. Elle ne savait pas si leur relation allait durer toute une vie, on ne le sait jamais ca, mais elle était heureuse de vivre un moment pareil en sa compagnie. C’était du bonheur à l’état pur.

« Dahlia… » La jeune fille fit violement volte-face « Je sais ce que tu vas me dire, Adam, et laisse moi te dire que je n’en ai strictement rien à foutre. Je suis assez grande, je sais ce que je veux alors laisse moi tranquille. » Elle avait ponctué l’affirmation d’un regard assassin et était partie retrouver Fred dans un couloir du deuxième étage pendant la pause. Il était rare qu’elle adresse encore la parole à son frère calmement, sans lui crier dessus. Sa relation avec tous les autres Serpentards s’était dégradée, elle disait à peine quelques mots à Adam et la seule personne dont elle était encore proche, mise à par Oscar, était Dylan, son ami de toujours qui la soutenait quoi qu’elle face. Dahlia s’était alors dirigée vers le second étage pour retrouver son cher et tendre. Les marches montée, elle aperçu Fred et, presque immédiatement, la fureur qui l’habitait alors se dissipa. Il était comme une barque dans le néant qui l’habitait en ce moment. Sa vie sociale s’était considérablement réduite depuis qu’ils vivaient cet amour interdit et il n’était pas rare qu’elle craque le soir, seule dans son dortoir. Elle s’approcha de lui et attrapa machinalement sa main pour entremêler ses doigts aux siens. Elle posa sa tête sur son épaule en le laissant les conduire au parc. Devant leur arbre habituel, elle posa sa tête sur les jambes du jeune homme et ferma les yeux. Elle se sentait bien mieux lorsqu’il était là.

Mais un jour, tout fut bouleversé dans sa relation avec Adam. Alors qu’elle vagabondait, seule pour une fois, dans les couloirs, comme une âme en peine, elle rencontra le Moine Gras, le fantôme de Poufsouffle qui la regarda. Il s’arrêta devant elle et lui dit de sa voix amusée « Une Serpentard, il aurait pu faire mieux le Weasley. » Et il était partit, trainant sa graisse avec lui. Dahlia manqua de peu de s’effondrer, sa gorge se noua. Même les êtres immortels, les plus sages de tous, ne voyaient pas plus loin que la réputation de Serpentard. Ses ongles n’étaient déjà plus en état d’être rongés et elle décida de ne pas s’attaquer à sa peau. Elle commença donc à arracher la peau de sa lèvre inférieure. Les larmes baignèrent doucement ses joues et elle les essuya d’une main rageuse. Personne n’avait le droit de lui infliger ca, elle était douce, gentille et ne cherchait le malheur de personne, pourtant tout le monde semblait la détester. Au détour ‘un couloir du premier étage, elle entendit une voix. Une voix bien trop familière. Adam, cela ne pouvait être que lui, ils avaient grandit ensemble et Dahlia connaissait chaque ton que la voix de son frère pouvait adopter. Et celui-là n’était pas rassurant pour la personne qui était en face de lui. Elle ne comprit pas ce qu’il disait mais elle se hâta pour porter secoure à Adam s’il le fallait. Elle courut le long du couloir et entendit une deuxième voix. « Je ne crois pas avoir très bien entendu Blackwood. » Eh merde, pensa-t-elle. Il se trouve que cette voix appartenait bel et bien à Fred. Elle entendit un bruit sourd, comme un sort qui touchait un mur. Elle saisit sa baguette magique et serra tellement fort que ses doigts crièrent grâce. Ils avaient touts deux leur baguette en main mais dans le feu de l’action, Dahlia fit un mouvement du poignet et cria « Stupefix ! » Le jet d’étincelles rougeâtre partit en direction d’Adam qui s’apprêtait lancer un second sortilège à Fred. Son frère tomba à terre, inconscient. Etouffant un cri mais sans réprimer ses larmes, Dahlia se précipita chez son frère. « Adam ! Adam répond moi, je suis désolée je... » Sa voix se brisa en regardant les yeux clos de son frère. Les larmes roulaient librement le long de ses joues alors que Fred s’approcha d’elle pour la prendre par les épaules.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://virtual-box.forumgratuit.org/
Frederic Milo Weasley

HUFFLEPUFF ⚡ huitième année


avatar

⚡ PAPERS : 184
⚡ POINTS : 13
⚡ ICI DEPUIS : 27/06/2011

MessageSujet: Re: FRED&DAHLIA ❝ beautiful dahlia.   Ven 15 Juil - 23:55

J'étais totalement stupéfait par ce qu'il venait de se passer. La gerbe d'étincelles rouges avait heurté Adam à une telle vitesse qu'il avait été projeté jusqu'à l'opposé du couloir. Incroyable ! Dahlia avait eu le courage de lancer un sort sur son propre frère, tout ça pour moi, pour me protéger. Puis, plus rien, si ce n'est le cri d'effroi de Dahlia qui jaillit du couloir. Elle s'était rendu compte que son geste avait tout de même mit son frère dans un piteux état. La voix de Dahlia se brisa à travers l'écho du couloir. Je ne savais pas quoi faire, j'étais totalement dépassé par ce qu'il venait de se produire, j'en restais sans voix. Mais, je ne pouvais pas la regarder ainsi, ses larmes ruisselant le long de ses joues, l'air si fragile subitement. Alors, je me contentais de m'approchais d'elle et de poser mes deux mains sur ses épaules. Dahlia se retourna violemment et sembla vouloir rejeter mon élan de tendresse puis, elle planta ses yeux dans les miens avant de se blottir dans mes bras tout en pleurant à chaudes larmes. Elle me disait tout en sanglotant qu'elle n'avait pas voulu faire ça, qu'elle l'avait fait pour moi, parce qu'elle tenait à moi, parce qu'elle avait eut peur que son frère m'envoie non pas à l'infirmerie mais bel et bien à l'hôpital. Je rassurais Dahlia, tout en passant lentement une de mes mains dans ses cheveux dorés. Je la gardais contre moi, je ne la lâchais plus, elle avait grand besoin de moi à cet instant là. Mais, je lui disais que c'était fini, que j'étais là, que tout irais mieux désormais.

A la suite de cet évènement, j'avais reçu pour la première fois de ma vie la grâce de Miss Pickleweed qui ne m'avait pas cette fois-ci collé d'avertissement. Dahlia n'avait rien eut elle non plus, car après tout, elle m'avait protégé. Non, le fautif dans cette histoire avait été Adam et personne d'autre. C'était donc à celui-ci que revint l'avertissement. Pickleweed avait su faire la part des choses. Tout le mérite selon revenait à Dahlia qui en jetant son sortilège avait évité à ce que la situation ne dégénère. Adam, par chance n'avait eu aucun traumatisme dus au sort et il se remit très vite sur pied. Depuis, il s'était résigné à nous laisser moi et Dahlia être enfin ensemble. On pouvait donc enfin être heureux sans que cela n'affecte nos deux maisons. Eux aussi c'était résigné à nous laisser tranquille. Moi et Dahlia on était heureux que cette histoire ce soit enfin terminée, que l'on puisse enfin s'aimer sans que cela ne dérange personne, sans que cela ne déclenche des affrontements stupides entre Serpentards et Pouffsoufles. Étrangement, après cela, les querelles entre les deux maisons avaient cessées, à notre grand soulagement. Désormais, on pouvait se voir sans que personne ne nous en empêche, profiter de la vie pleinement ensemble, être un vrai couple et ne plus avoir à se cacher aux yeux de tous. Cela nous avait pourri la vie et ce pendant un long mois. Non, vraiment, ce fût un soulagement immense. Nous pouvions enfin goûter à la liberté. Notre amour pouvait enfin battre de ses propres ailes.

Nous nous retrouvions souvent sur ces fameuses marches où nous nous étions embrassés, la toute première fois. On venait de nouveau contempler le soleil se coucher lentement, nous offrant un spectacle toujours plus magnifique, une vue toujours aussi romantique. Quelques jours plus tard, on se retrouva de nouveau dans ce lieu que l'on trouvait si magique. Dahlia était assise sur mes genoux et moi j'avais mes bras qui l'entouraient. Elle releva soudain la tête et je déposais mes lèvres tendrement contre les siennes. Ces moments avec elles étaient sans doutes les plus beaux et je voulais en profiter jusqu'à la dernière minute, la dernière seconde, jusqu'à ce que les cloches du couvre-feu ne résonne de nouveau à Poudlard et ne nous obliges à nous quitter pour mieux nous retrouver bien sûr le lendemain. Les cloches sonnèrent donc lorsque le soleil avait disparu. Dahlia m'embrassa si intensément que j'eus presque l'impression d'en perdre le souffle. Je lui rendis son baiser avec la même intensité. Puis, on grimpait les marches du long escalier, mains dans les mains jusqu'à ce que l'on se jette un dernier regard avant de se séparer au bout d'un couloir. Mais je savais bien évidemment je retrouverais Dahlia le lendemain et que je pourrais de nouveau contempler sa beauté, la beauté de cette fleur magnifique dont j'étais amoureux...


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: FRED&DAHLIA ❝ beautiful dahlia.   

Revenir en haut Aller en bas
 
FRED&DAHLIA ❝ beautiful dahlia.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Révélations mises sous SPOIL] Discussion et images de Dahlia Reinhold
» Dahlia Plantule
» Août 2013 : Pullip Starry Night Dahlia Cinderella
» Asbel Grants
» Nain tir na bor (yann) vs wolfen (fred)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HOGWARTS :: FIRST FLOOR-
Sauter vers: