ROSE&SCORPIUS ❝ someone like you




 
NOUVEAU DESIGN + d'infos ici ♥️
GRAND TRI par rapport au rescencement et au trop-pleins de membres inactifs.
Si vous avez été supprimé par erreur vos fiches ne sont pas supprimés, ré-inscrivez !
Les maisons Serdaigles et Serpentards sont a privilégier !

Partagez | 
 

 ROSE&SCORPIUS ❝ someone like you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rose H. Weasley

GRYFFINDOR ⚡ sixième année
shallow admin ღ


avatar

⚡ PAPERS : 482
⚡ POINTS : 135
⚡ ICI DEPUIS : 20/06/2011

MessageSujet: ROSE&SCORPIUS ❝ someone like you   Ven 1 Juil - 23:43

Rose ⚡️ Scorpius

Just gonna stand here and watch me burn


Ces vacances furent moins passionnantes que celles des deux dernières années. Déjà parce que les Potter étaient partis je ne sais plus où, et que je recevais moins de hiboux. Normal, je ne parlais pas à Scorpius depuis le baiser qu’il m’avait fait le jour même où l’on devait partir dans les diligences pour rentrer chez nous. J’aurais voulu lui répondre, répondre à son baiser, ou je ne sais quoi, mais j’étais… Figée par la surprise. Tant que je pense qu’il a pris mon manque de réaction pour un refus. Au contraire. Scorpius, c’est l’homme parfait à mes yeux. Il répond lorsque je suis de mauvaise humeur, il n’a jamais eu peur de moi, comme certains qui sont effrayés de mes sautes d’humeurs, il est drôle et même parfois aussi cynique que moi. Il contrôle mes élans de furie et me fait sourire aux moments les moins propices. J’ai aussi un grand besoin de lui, à chaque secondes de chaque jour. Comme j’ai besoin d’Hermione, ma meilleure amie. Heureusement qu’elle a réussi à me faire sortir dehors, elle m’a vraiment changé les idées, sans elle, je serais restée prostrée chez moi. Pendant une semaine, sans jamais pleurer, je me mordais les doigts de ne pas l’avoir cherché dans tout le train. La semaine suivante, j’hésitais à lui écrire. Ce que je n’ai pas fait, ma fierté est trop grande. J’avais donc décidé d’attendre la rentrée. Hugo avait prévenu Hermione, ma meilleure amie de mon état d’hébétude et la demoiselle arrivait chez moi le lendemain matin, me mettant un bon coup de pied aux fesses. Le reste des vacances se passa dans les rues moldus de Londres, chez les vieux disquaires pour écouter des chansons moldus du temps de nos parents, et même de nos grands-parents. Nos achats en vêtements étaient aussi importants. On adorait la mode et faire les magasins m’empêchait de penser. Pourtant, la rentrée arriva bien vite. Si bien que ma mère fit les courses avec Hermione et Hugo, sans moi, prétextant un début d’angine. Ma mère, paniquée à l’idée que je rate le Poudlard express avait accordé mon repos. Mais non, j’étais bien à Poudlard, dans la grande salle. Le premier repas avait eu lieu, mouvementé par des côtés, et je n’avais pas vraiment osé lui adressé quelques regards. Cependant, la directrice avait parlé d’une salle qui m’avait pas mal attirée : La salle du sable. Je quittais ma meilleure amie quelques instant pour me changer : Je troquais ma robe de sorcière pour un jean sobre et mon pull vert. Non, il ne m’appartenait pas, mais peut importer, c’était mon otage (mdr Cool ) Je retournais dans la grande salle, saluant quelques élèves au passage. Je me tournais vers ma meilleure amie qui s’acharnait toujours sur ses cheveux. « Pourquoi tu le portes encore ?! » Je baissais la tête vers la texture verte et douce qui recouvrait mon ventre et souriais. « On sait jamais, il me verra peut-être avec… Je vais dans La salle du sable le temps du couvre-feu, tu viens avec moi ? » Elle me dévisagea de tête en bas et pour rire, elle me dit : « Non, désolée, je ne veux pas trainer avec toi et ce pull vert vomi. » Offusqué, je lui faisais une grimace et je partais en silence vers le cinquième étage. Peu de monde dans le couloir, la plupart était dans leur dortoir. Je poussais la porte et voyais un magnifique escalier de marbre. La directrice n’avait pas menti : Simplement magnifique. Je laissais s’échapper un « Wahou » de ma bouche avant de grimper les marches. Arrivée au milieu, je vis une tête blonde arrêté devant la grande porte en bois qui gardait la salle du sable. Même de dos je le reconnaissais et le voir, même de loin, rendit mon cœur fou. Je continuais à grimper doucement et ce ne fut qu’au moment où était presqu’a le toucher qu’il se retourna. Sa douce odeur me frappa de pleins fouets. Il me regarda de ses yeux parfait et je me jetais à son cou. Je posais mes lèvres sur les siennes avec une violence digne de moi, c’est-à-dire comme une caresse pour sa carrure et je passais mes bras autour de sa nuque. Au départ figé, il ne tarda pas à enlacer ma taille et presser ses lèvres sur les miennes avec avidité. C’était parfait. Aussi bien que la dernière fois. Peut-être même mieux, ma mémoire me jouait peut être des tours. Mon cœur voletait comme un oiseau et ma respiration était coupée. Je m’éloignais un peu de lui, haletante et affichais un léger sourire sur mon visage. Je m’attendais à des questions, à un refus bref et rapide, à tout, mais je savais qu’il allait me surprendre. Comme toujours.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


ROSE H. WEASLEY △ I WAS YOUNGER THEN
i had nothing to spend but time on you but it made me love more. Do what you said the words she said left out over unto the sky where i'll soon fly and he took the time to believe in to believe in what he said.. And he made me love he made me love he made me love more. Rose & Scorpius ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rose H. Weasley

GRYFFINDOR ⚡ sixième année
shallow admin ღ


avatar

⚡ PAPERS : 482
⚡ POINTS : 135
⚡ ICI DEPUIS : 20/06/2011

MessageSujet: Re: ROSE&SCORPIUS ❝ someone like you   Sam 2 Juil - 21:34

Rose Scorpius

Just gonna stand here and watch me burn


Quand on veut, on peut. On me l’a dit si souvent. Tu peux le faire ma Rosie, tu es la meilleure. Tout est dans l’esprit. La volonté. Je voulais, j’aurais voulu lui parler plus tôt. Mettre cette fameuse fierté de côte, lui dire que moi aussi, j’avais besoin d’un contact permanant, que je ne voulais l’abandonner, que sans lui, ma vie ne serait plus qu’une suite d’évènement sans vulgaire interet. Non, au lieu de cela, je faisais état de marionnette abandonnée. Je ne voulais plus qu’une chose, que les vacances passent le plus vite possible. Que je trouve de quoi m’occuper l’esprit. L’éviter ? Ce n’était qu’un petit souci. Qui au fur et à mesure que le Vendredi 1 Septembre approchait, se transformait en une obsession. S’il devait se mettre à côté de moi en cours, que lui dirais-je ? Que ferais-je ? Réussirais-je à ne pas croiser ses yeux lors du banquet ? Et comment éviter mon cousin, Albus, lui qui trainait toujours avec Scorpius ? C’était comme un trop-plein de question dans mon esprit. Je me souviens de cette scène qui fut terrible pour moi, dans ma chambre, assise sur mon lit, regardant ma meilleure amie dans les yeux. Elle avait l’air embêtée. A peine je baissais la tête et fermais les yeux qu’elle me serra contre elle. « Je l’aime Hermione. C’est terrible. Mon père va me tuer. » Et nous éclatâmes de rire. Je lui révélais que, pour la première fois de ma courte vie, j’étais amoureuse, et je pensais à l’avis de mon père ?! Pitoyable. « Ce qui est plus terrible, c’est tes gouts en matière de garçons. Scorpius Malefoy, Rose, voyons ! » Je me renfrognais dans l’immédiat et son rire redoubla. Quoi ? Il était parfait, non ? Blonds aux reflets châtains clairs, surement grâce à sa mère, brune à souhait, au mélange de son père blond platine, ses yeux bleus-gris et sa carrure d’attrapeur me satisfaisait totalement. Son sourire ravageur et les regards qu’il m’accordait me revinrent, et j’enfouissais ma tête dans mes mains. « Il me manque… » Herms’ frotta frénétiquement mon dos avant de m’assener une petite tape sur la tête. Je n’avais même pas le temps de râler qu’elle dit : « J’aime pas les blonds. Non, je préfère ton cousin. Beaucoup plus sexy. Le seul hic, c’est qu’il est sorcier. » Je relevais la tête et souleva un sourcil. Sérieusement ?! Manquait plus que ça, que ma meilleure amie succombe au charme de mon abruti de cousin. Son regard était des plus sérieux et je commençais vraiment à m’inquiéter. « Tu n’es pas… » Elle éclata de rire à nouveau et je rejoignais mon rire au sien. « Voyons, on parle de Albus Potter, le plus grand coureur de jupons de toute l’école, ma Rosie, bien sûr que je blague ! » Je soupirais tout de même de soulagement. Hermione a toujours été douée, et elle arrivait souvent à me faire oublier mes soucis. Cependant, pour oublier Scorpius, il me fallait plus que quelques blagues déconcertantes. C’est à grand coups de musiques rythmés qu’elle tenta de me faire oublier. Avec quelques séances shopping et des visites inoubliables du monde moldo « Mon petit monde à moi » comme elle le définissait souvent. Le mien, c’était Poudlard. Son étendu de magie que ma meilleure amie détestait tant. Parfois, j’étais inquiète par rapport à notre futur. Lorsqu’elle quittera Poudlard, la reverrais-je ? Car, malgré moi, je fais partie de ce monde qu’elle déteste, je suis comme elle… Je ne voyais pas mon avenir sans elle. Comme, de plus en plus, je ne voulais pas rayer Scorpius de ma vie car chaque jour, la place qu’il prenait dans mon cœur était importante. Sans lui, je serais surement très vide. Sa présence, et notre étrange besoin d’être le plus possible en contact l’expliquait surement. Je crois que j’ai réellement compris que je l’aimais contre et envers tous après les BUSES. A peine sorti, je me réfugiais dans les bras de Scorpius, et, le serrant contre moi, j’évacuais la pression gardée en moi durant de longues semaines. Et lorsqu’il m’invita à rester avec lui et son cousin, pendant qu’Hermione passait l’Etude des Moldus, j’acceptais sans problème. Il me força presque à venir sur ses genoux, et rougissante, j’avais accepté. J’étais légèrement appuyée contre son torse et il jouait avec mes cheveux. J’avais les yeux mi-clos et je voyais le sourire amusé de mon cousin. J’hésitais à prendre ma baguette pour lui envoyer un de ces chauves furies que tante Gin’ m’avait appris, mais à la réflexion, elle n’aurait pas apprécié que je l’utilise sur son fils. Et puis, gâcher ce moment parfait ? Impossible à mes yeux. Le même jour, lorsque j’étais allé voir Albus une fois seule avec lui, je lui tapais l’arrière du crâne : « Qu’est-ce que j’ai fait ? » Dit-il avec ses yeux de chiens battus. Parfois, il oublie que je suis sa cousine et pas une petite groupie. Je soupire et réplique : « C’est pour ta futur connerie. Maintenant, t’y réfléchiras à deux fois. » Et je l’abandonnais à son hébétude, le sourire aux lèvres, satisfaite.

Je l’avais surpris, inévitablement. Même moi, je ne sais pas pourquoi je lui ai sauté dessus ainsi. J’avais prévu de l’éviter, ou alors de l’affronter avec cette brutale question : « Pourquoi m’as-tu embrassée ? » J’avais même prévu d’enchainé avec « Et pourquoi es-tu parti directement après ? ». Mais le destin le sait, je fais jamais ce qu’il est normal, ou prévu de faire. Pourtant, j’en rêvais de ce baiser, qu’on soit en couple, qu’on se serre l’un contre l’autre dans le train avant de partir pour une autre année… Je voyais déjà le tableau, parfait petit couple amoureux. Peut-être est-ce pour ça que je lui ai littéralement sauté au cou. Peut-être est-ce parce qu’il m’a trop manqué ? Ne pas lui parler durant quoi, deux mois, c’était intenable. De toute façon, il n’y a aucune raisons. C’était comme ça, par envie. Une envie, si violente, une pulsion si grande… Néanmoins, ma réaction surement excessive quand je l’ai vu l’a empêché de sourire. Mal parti… Il me dit : « - J'en reviens pas que ce truc ai marché... Et j'en reviens pas que tu portes encore ce pull! Il te va bien, hin! Je dis pas le contraire et d'ailleurs, c'est dommage que le choixpeau n'est pas vu que le vert t'allais si bien... » A vrai dire, je n’ai rien compris à ses premières paroles. Cette salle produisait un effet spécial ? Allez Rosie, souviens-toi un peu… Non, à travers tout son blabla, j’ai totalement passé outre le détail de toute la salle. On m’a juste dit elle est extraordinaire, vas-y mais vu qu’ici, tout l’est, je m’attendais à pas grand-chose. Il faut dire que j’étais plutôt occupée. Je faisais semblant de parler avec Hermione pour savoir s’il me regardait. Cependant, la question ne se posait pas tant la réponse était évidente. Ce pull ? Je l’adorais. Et je ne lui dirais pas en face, mais comme ça, j’avais toujours Son odeur avec moi. Même après l’avoir lavé de nombreuses fois. « Qu’est ce qui a marché ? Oh, je l’adore tu sais. Mais le vert me va aussi bien que le rouge j’espère ? » Je tournais sur moi-même afin de lui faire profiter de ma silhouette dans ce joli pull. J’étais rouge écarlate, tant le compliment m’avait fait plaisir. J’avais toujours sur moi la jolie gourmette qu’il m’avait offerte à Noël dernier. Moi, je lui avais offert un collier or avec un vif d’or. Il n’empêche que nos cadeaux rappelaient nos maisons communes : Or et Argent. Je n’en revenais pas, quand même. Je venais de l’embrasser et je lui parlais de fringues. Pathétique ? Un peu quand même. : « - Ecoutes Rose, il faut que je te dise que... » Mon cœur s’emplit d’espoirs, mais cela retomba bien vite « La dirlo m'a vraiment intrigué lorsqu'elle a parlé de cette pièce, j'ai vraiment très envie de la voir de plus près! » Je ne lui dirais pas, mais je m’attendais à autre chose. Mais connaissant Scorpius, il n’arriverait pas à me dire tout de suite ce qu’il voulait. Il s’écarta de moi pour pousser la porte, et le manque de proximité se fit directement ressentir dans mon épiderme. Mon corps avait besoin de lui autant que mon esprit. Un truc à vous rendre dingue. Un vent de sable me surpris. Je m’avançais, presque collée à Scorpius. C’était vraiment magnifique : Un couloir de sable blanc comme on en voit dans les îles exotiques. Les murs étaient d’un joli chocolat neutre et les portes de bois verni semblaient renfermer mille secrets. Je savais que j’allais adorer mon petit voyage. Un autre coup de vent, et le chemin à suivre apparut. Scorp’, un peu figé, n’avançait pas. Moi, je n’hésitais pas, et courut presque comme une gamine vers la porte. La main posé sur la poignet, je le regardais : « Viens. » Je tendais ma main, et il avança doucement avant de l’attraper. J’ouvre la porte et un climat triste s’offrit à nous. J’avançais de quelques pas et observais. Une ruelle calme mais sombre, vide et sans fin. Aucun moyen de reculer. Je ne savais pas ce qu’était le but de l’exercice. Mais le temps n’annonçait rien de bon. Je serais plus fort la main de Scorpius. Depuis toute petite, j’ai une peur bleue de l’orage. Je ne supporte pas ça. C’est même mon épouvatard… « Scorp’, j’ai vraiment peur là. » Et j’avançais à pas menus, mais j’étais terrorisé. Les nuages étaient trop sombres et c’est alors que, même si le moment n’était pas du tout le bon, je lançais. « Pourquoi tu m’as embrassé ? »

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


ROSE H. WEASLEY △ I WAS YOUNGER THEN
i had nothing to spend but time on you but it made me love more. Do what you said the words she said left out over unto the sky where i'll soon fly and he took the time to believe in to believe in what he said.. And he made me love he made me love he made me love more. Rose & Scorpius ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
ROSE&SCORPIUS ❝ someone like you
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [DCA 2010] [40k]La force … heu …pas rose (désolé Salgin)
» Problème écran rose sur borne Arcades electronic.
» Epo dragoune rose
» nez rose clignotant....
» tous sauf Rose et les lovabulls !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HOGWARTS :: FIFTH FLOOR :: SALLE DU SABLE-
Sauter vers: